Congo-Kinshasa: Le dossier SCTP sur la table de Sama

16 Juillet 2021

Le deuxième face-à-face entre le Président de l'Intersyndicale de la Société Commerciale des Transports et des Ports (SCTP), Armand Osase, et les cadres et agents, eu lieu hier jeudi 15 juillet 2021, devant le siège administratif, sur le boulevard du 30 juin, à Kinshasa dans la commune de la Gombe.

Le député national Eliezer Ntambwe, qui les accompagne dans ses démarches auprès du Premier Ministre Sama, a également pris la parole, au cours de cette assemblée générale. Léon Muanda Nsunda, Président de l'Intersyndicale de la Congolaise des Voies Maritime (CVM), ex-RVM, était également de la partie.

L'orateur leur a fait le point de leur rencontre avec le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde, le mercredi 14 juillet 2021 sur l'état des lieux de l'entreprise. A ce jour, croit-on savoir, les cadres et agents de l'ex-ONATRA accusent 36 mois d'arriérés de salaires, et avaient menacé d'aller en grève illimité, en cas d'une suite non favorable.

Sa communication a tourné autour de 3 points, à savoir la mésentente persistante entre le Directeur Général Franklin Mabaya et le Président du Conseil d'Administration, le sénateur José Makila Sumanda, qui empoisonne le climat de travail. Ensuite le dossier de 207 millions de dollars américains disponibilisés pour résoudre la problématique d'arriérés des salaires, du paiement des indemnités de sortie du premier groupe de 2.711 agents retraités, et du renouvellement des outils de travail.

Enfin, le dossier des ports privés construits en violation des lois de la république dans les installations de l'ex-Onatra par les anciens dignitaires du régime Kabila. A l'en croire, le chef de l'exécutif national a pris bonne note de leur cahier décharge, et a promis de répondre positivement dans 48 heures, tout en les rassurant de rappeler incessamment les ministres sectoriels dans son cabinet de travail. Sur cet argent de l'ordre de 207 millions $, Armand Osase a suggéré au chef du gouvernement de mettre des garde-fous pour empêcher la direction générale de la SCTP de faire main basse sur cette somme. Au sujet des taux de paiement, les cadres et agents ont récusé à cor et à cris le taux de paiement de salaire traité « d'escroquerie de 92 » qui leur avait été imposé pendant des années, alors qu'actuellement le dollar américain se négocie à « 20 » soit 1$ se change à 2.000 Fc. C'est ainsi qu'ils ont proposé la mise sur pied d'une commission tripartite : banc syndical- comité de gestion-gouvernement pour discuter du taux à appliquer, ainsi que de la modalité de paiement pour éponger les 36 mois d'arriérés de salaire. Quant aux ports privés, l'Intersyndicale a suggéré à Sama Lukonde d'instruire les ministères de la Justice et garde des sceaux et celui de Transports pour faire exécuter la décision du Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi, sur leur fermeture. Et cela permettra de récupérer plus de 11 millions de dollars américains détournés chaque mois par ces ports privés.

Dans la foulée, Armand Osase a fait savoir qu'une commission ad hoc est déjà mise sur pied, sous la direction du Premier Ministre, pour statuer sur toutes les maisons de l'ex-Onatra spoliées. Les cadres et agents ont mis en garde le responsable du port privé « LEDYA » qui a annoncé vouloir déterrer les rails qui le traverse.

Le député Eliezer Ntambwe a demandé à tous les travailleurs de faire bloc pour les accompagner dans les démarches jusqu'à obtenir gain de cause. Léon Muanda de l'Intersyndicale de la CVM a abondé dans le même sens, en dénonçant le détournement des recettes de l'Etat par les ports privés installés dans les installations de la SCTP au Kongo-central.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X