Cameroun: Attention au variant Delta !

interview

Depuis son apparition, le Covid-19 a connu plusieurs mutations. Parmi celles-ci, le variant Delta. Au cœur du débat depuis quelques mois, il est considéré comme étant le plus meurtrier depuis la survenue de cette pandémie. Sachant qu'il fait actuellement des ravages à travers le monde et dans plusieurs pays africains, la Tunisie notamment, CT a approché le Dr Joseph Fokam, virologue, chef du laboratoire de virologie, CIRCB. pour mieux faire connaissance avec cette menace mutante. Histoire aussi de convaincre les plus réticents à adopter le vaccin.

Pourquoi le variant Delta fait-il si peur?

Dans l'épidémiologie moléculaire du Covid-19, nous avons au minimum quatre variants préoccupants. Le variant Alpha qui est Britannique, la variant Beta, isolé en Afrique du Sud, le variant Gamma, identifié en Inde et enfin le variant Delta qui est aussi indien. Ce dernier a la particularité d'avoir beaucoup de plus de mutations que les autres, ce qui confère un meilleur attachement du virus aux récepteurs cellulaires de l'homme. Le variant Delta infecte ainsi beaucoup plus que les autres et, par conséquent, le patient a une charge virale très élevée. Ce qui prolonge également le temps d'évacuation du virus dans l'organisme. Il a 60% de transmissibilité de plus que les autres.

Son mode de transmission est-il différent ?

Le mode de transmission de ce variant est exactement le même que les autres, à la seule différence qu'il se transmet beaucoup plus vite et infecte plus également. Et il peut passer 30 minutes et même trois heures de temps dans un espace fermé. C'est pour cette raison que le nombre de cas et de morts est très élevé dans les pays touchés. On voudrait que la population comprenne qu'il ne s'agit pas d'un tapage médiatique. Mais d'un virus dangereux à prendre au sérieux.

Les personnes vaccinées sont-elles à l'abri ?

Ce variant ne réduit pas de façon significative l'efficacité du vaccin, quel qu'il soit. Les personnes vaccinées seront toujours à l'abri des formes graves de la maladie. Il vaut donc mieux se faire vacciner. Ainsi, l'on a plus de 90% de chance de ne pas se retrouver en réanimation ou de perdre la vie.

Les enfants peuvent-ils être touchés par ce variant ?

Nous nous rendons compte que l'évolution de l'épidémie varie avec le temps. Au départ, les personnes âgées étaient les plus touchées. Maintenant les jeunes le sont aussi. Donc avec le variant Delta, tout le monde peut être atteint.

Qu'est-ce qu'il est conseillé de faire pour éviter ce variant Delta ?

Au Cameroun, nous devons tout faire pour éviter la troisième vaque qui pourrait être animée par le variant Delta, parce qu'il ne sévit plus seulement en Inde et en Europe. Il circule également déjà en Afrique. Notamment au Gabon, au Sénégal, en Tunisie et au Nigéria voisin, entre autres. Nous sommes actuellement à un taux de positivité de 2,5%. Si nous surveillons bien nos postes de santé aux frontières, si nous accentuons le respect des mesures barrières, je pense qu'on pourrait rapidement identifier et isoler les premiers cas le moment venu. Question de garder le contrôle sur l'épidémie.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X