Congo-Kinshasa: 20.000 civils ont fui leurs foyers dans la province du Nord-Kivu à cause d'attaques par un groupe armé

16 Juillet 2021

Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a appelé vendredi à des mesures urgentes et renforcées pour protéger les civils dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), où de récentes attaques répétées commises par un groupe armé ont déjà déplacé près de 20.000 personnes dans la province du Nord-Kivu.

Les groupes armés continuent de dévaster la vie des civils malgré l'état d'urgence décrété le 6 mai dernier par le Président congolais Felix Tshisekedi dans le Nord-Kivu et la province voisine de l'Ituri, a indiqué Babar Baloch, porte-parole du HCR à Genève. Cette déclaration visait à mettre fin aux violences perpétrées par les groupes armés et à rétablir l'ordre public dans la région.

Malgré cela, depuis le 22 juin, les Forces démocratiques alliées (ADF) auraient causé la mort brutale d'au moins 14 personnes et en auraient blessé de nombreuses autres dans la ville de Beni et ses environs. Des habitations ont été pillées, et d'autres incendiées. Il s'agit de la première attaque commise depuis deux ans dans cette ville par les ADF, dont la résurgence terrorise la vie des habitants, a expliqué le porte-parole du HCR.

« Un sentiment de panique et d'anxiété prévaut au sein de la communauté, ainsi qu'un manque de confiance envers les forces de sécurité, étant donné les attentes élevées en matière d'amélioration des conditions de sécurité suite aux nouvelles mesures », a souligné Babar Baloch.

Ces récentes attaques ont forcé des milliers de personnes à fuir leurs foyers en quête de sécurité dans la partie orientale de Beni, et continuent à affaiblir et à perturber les activités sociales, économiques et éducatives.

Une réponse humanitaire de plus en plus difficile

Malgré les efforts du HCR, la réponse humanitaire dans cette partie de la RDC est de plus en plus mise à mal par l'impact cumulatif de multiples situations d'urgence, y compris les conséquences de l'éruption volcanique du Mont Nyiragongo à Goma le 22 mai dernier.

Près de deux millions de personnes ont été déracinées par l'insécurité et la violence dans la seule province du Nord-Kivu au cours des deux dernières années.

Le HCR et ses partenaires aident les autorités locales à enregistrer les familles déplacées, à évaluer leurs besoins et à y répondre. Malgré des conditions de vie difficiles, les déplacés retournent peu à peu dans leur quartier.

Plus de 100.000 personnes déplacées ont bénéficié d'abris d'urgence en 2020 - et près de 14.000 depuis début 2021 - mais les besoins demeurent élevés car les attaques des groupes armés continuent de générer des déplacés internes dans la province, beaucoup étant obligés de fuir à plusieurs reprises, a indiqué le porte-parole du HCR. Les femmes et les enfants dont les besoins sont particulièrement aigus reçoivent des abris, des articles de secours et des allocations d'aide en espèces.

Le HCR continue également à apporter un appui aux communautés locales, qui sont en première ligne dans la réponse aux déplacements forcés récurrents. Les partenaires du HCR effectuent un travail essentiel de documentation des violations des droits humains.

Le HCR indique que des ressources supplémentaires sont nécessaires de toute urgence. L'appel de fonds du HCR pour ses opérations en RDC, d'un montant de 205 millions de dollars, n'est financé qu'à hauteur de 36%.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X