Afrique du Sud: Arrêter le conflit et ouvrir la voie au dialogue et à la réconciliation - Un appel commun des chefs religieux

Tombura Yambio — " Il est urgent de mettre en lumière ce qui s'est passé au fil des ans entre les communautés de Zande et de Balanda et qui a créé l'inégalité, la peur, l'intérêt, l'injustice et l'absence d'état de droit à Tombura ".

C'est l'appel que les citoyens de Yambio ont adressé aux autorités locales, en plus de l'appel lancé par les chefs religieux locaux pour mettre fin au conflit, qualifié d'"insensé", qui se déroule dans l'État d'Équatoria occidental, dans le comté de Tombura. "Mettez fin au conflit et ouvrez la voie au dialogue et à la réconciliation", écrivent les chefs religieux, qui exhortent les autorités au pouvoir à faire preuve de responsabilité devant Dieu et l'humanité : "Soyez honnêtes dans votre gestion du peuple de Dieu. Priez pour que l'amour, la paix et l'unité règnent dans le cœur de chacun d'entre nous ", peut-on lire dans la déclaration envoyée à l'Agence Fides.

Les chefs religieux ont également exhorté le gouvernement national et celui de l'État d'Équatoria occidental à remplir leur obligation de protéger et de défendre, sans distinction, la population civile contre les agressions internes et externes. Ils ont également appelé les parties prenantes, la communauté internationale et les personnes de bonne volonté à contribuer au retour de la paix et de la normalité à Tombura. L'accent est mis sur la situation humanitaire et d'urgence qui s'est créée à la suite du conflit entre les deux groupes ethniques.

L'appel conjoint à renoncer aux affrontements actuels, adressé à tous les habitants du Grand Tombura à Tombura et ailleurs, a été signé par l'Evêque du diocèse catholique de Tombura-Yambio, Mgr. Barani Eduardo Hiiboro Kussala, ainsi que l'Archevêque de l'Église épiscopale de la province de l'État, Samuel Enosa Peni, l'Evêque de l'Église évangélique luthérienne, Peter Anibati Abia, et l'Evêque de l'Église évangélique épiscopale de communion, Yepeta Natana Sika.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X