Afrique: Allocution d'ouverture du Directeur général de l'OMS lors de l'évènement de haut niveau de l'Initiative sur la place des femmes dans le secteur de la santé et des soins

document

Excellences, chers invités, chers collègues et amis,

Depuis près de 18 mois maintenant, les personnels de santé et d'aide à la personne sont à l'avant-garde de la lutte contre la pandémie de COVID-19.

Ils nous ont rappelé presque chaque jour que ce sont des gens extraordinaires qui font un travail extraordinaire dans des circonstances extraordinaires.

Leur dévouement n'a pas été sans conséquences.

Bien qu'il en soit rarement rendu compte, nous estimons qu'au moins 115 000 personnels de santé et d'aide à la personne ont perdu la vie à cause de la COVID-19, et que des millions d'autres ont été infectés.

Il est normal que 2021 soit l'Année internationale des personnels de santé et d'aide à la personne, car nous leur devons tant.

Et nous pouvons faire beaucoup plus encore en tant que leaders pour leur montrer notre reconnaissance pour leur dévouement.

La lutte contre les inégalités entre les sexes doit être une priorité.

La majorité des soignants dans le monde - près de 70 % - sont des femmes.

Si nous examinons la répartition hommes-femmes entre les diverses professions du secteur de la santé, les chiffres sont encore plus frappants.

Les femmes représentent environ 90 % du personnel infirmier et des sages-femmes, et près de 50 % de tous les médecins.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : le monde est tributaire des femmes pour les services de santé et de soins. Et nous savons que la santé est primordiale.

Cette dépendance exige que nous nous posions des questions difficiles sur les conditions de travail et l'équité ;

notamment sur la façon dont nous valorisons et récompensons les femmes qui constituent les effectifs du monde de la santé et des soins ;

sur la façon dont nous garantissons que les lieux de travail sont exempts de toute discrimination, violence, exploitation et abus sexuels.

L'Initiative sur la place des femmes dans le secteur de la santé et des soins, un partenariat entre l'OMS, le Gouvernement français et Women in Global Health, est une étape importante vers la résolution de ces problèmes.

À l'échelle mondiale, le secteur de la santé et des soins emploie un pourcentage plus élevé de femmes que tout autre secteur.

Cela signifie que les mesures visant à mieux soutenir les femmes dans ce domaine peuvent faire une différence immédiate pour les femmes dans le monde du travail dans son ensemble.

Permettez-moi de vous suggérer trois principes pour l'établissement de normes visant l'excellence, la mise en place d'environnements de travail décents et l'élimination des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes.

Premièrement, à travail de valeur égale, salaire égal.

Deuxièmement, nous travaillons ensemble pour que les femmes soient protégées contre le harcèlement, la discrimination et la violence sur le lieu de travail.

Les domaines qui nécessitent une attention particulière à cet égard sont les milieux où les ressources sont insuffisantes ou les conditions difficiles, telles que les centres d'hébergement ou les camps de réfugiés.

Troisièmement, le changement doit venir d'en haut, ce qui signifie qu'il faut assurer la représentation des femmes aux postes de direction.

Au minimum, le nombre de dirigeantes femmes devrait être égal à celui des dirigeants hommes : 50-50.

Mais en vérité, il devrait être proportionnel à leur part de l'ensemble des emplois : 70-30.

Le Forum Génération Égalité nous offre l'occasion non seulement de reconnaître ces défis et d'affirmer nos ambitions, mais aussi d'agir.

L'OMS s'est engagée à plaider pour des conditions de travail décentes et sûres pour tous les personnels de santé et d'aide à la personne, et en particulier les femmes.

Je vous demande à tous de rejoindre la France, le Mexique, l'OMS et nos partenaires de la société civile pour travailler ensemble afin de mieux protéger celles qui nous protègent et d'investir en elles.

L'égalité est une chose à laquelle nous devons travailler. Ensemble, nous pouvons changer les choses.

Je vous remercie.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X