Afrique du Sud: Les Sud-Africains inquiets ont plus que jamais besoin de choix

communiqué de presse

Londres — Une semaine de troubles de plus en plus violents en Afrique du Sud a laissé les citoyens craindre pour leur sécurité et s'inquiéter profondément de ce que l'avenir pourrait leur réserver. Les émeutes et les pillages ont également contribué à l'affaiblissement du rand et ont perturbé le programme national de vaccination. Par conséquent, les Sud-Africains inquiets cherchent des moyens d'ouvrir les portes d'autres pays comme plan B pour leur famille, en cas de besoin.

Au cours des 18 derniers mois, la sécurité dans le pays a suscité une inquiétude croissante, exaspérée par l'impact des niveaux de confinement rigoureux et la lenteur du processus de vaccination. Cela a conduit de nombreux citoyens à envisager l'acquisition d'une seconde citoyenneté.

« Les Sud-Africains astucieux qui n'ont pas accès à une voie ancestrale vers une seconde citoyenneté sont inquiets, à juste titre, car ils réalisent l'importance d'avoir cette seconde citoyenneté comme une police d'ssurance », déclare Micha Emmett, PDG de CS Global Partners, un cabinet de conseil juridique qui aide les clients à obtenir une seconde citoyenneté. « Ce que beaucoup de Sud-Africains apprennent aujourd'hui, c'est qu'il existe une voie sans stress vers un plan B qui est aussi relativement abordable. En ces temps d'imprévisibilité, une seconde citoyenneté est l'atout le plus important que vous puissiez avoir pour préserver l'avenir de votre famille. »

Avec le taux le plus élevé de cas de COVID-19 sur le continent, l'Afrique du Sud a dû faire face à un système de santé inondé et à un ralentissement économique drastique. La combinaison de ces éléments et des récentes émeutes a suscité des inquiétudes compréhensibles quant à l'avenir de la nation et a mis en évidence la nécessité d'investir dans la protection de la famille et du patrimoine.

L'une des voies les plus populaires pour acquérir une seconde citoyenneté est celle des programmes de citoyenneté par investissement (CBI), un processus qui accorde la citoyenneté en échange d'un investissement qualifié dans l'économie du pays d'accueil. L'île caribéenne de St-Christophe-et-Niévès est un choix populaire pour les Sud-Africains, qui y voient un moyen d'ouvrir les portes de nombreux pays du monde et un refuge sûr. Ils proposent actuellement une réduction temporaire qui permet aux familles de quatre personnes maximum d'acquérir la citoyenneté à un prix réduit. Jusqu'au 31 décembre, il est possible d'investir seulement 150 000 dollars au lieu de 195 000 dollars.

« Les Sud-Africains sont fiers de leur beau pays mais, malheureusement, comme on le voit dans de nombreux pays du monde, l'instabilité peut avoir des conséquences désastreuses pour l'avenir. La citoyenneté par investissement peut apporter la sécurité et la tranquillité d'esprit nécessaires en cette période. Il est également important de noter que les Sud-Africains sont légalement autorisés à avoir une double nationalité. Ils doivent simplement suivre les procédures correctes auprès du ministère de l'intérieur pour conserver leur nationalité sud-africaine », conclut Emmett.

Contact : pr@csglobalpartners.com , www.csglobalpartners.com

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X