Kenya: Le pays sous le choc après le meurtre de la militante écologiste Joannah Stutchbury

Au Kenya, l'écologiste renommée Joannah Stutchbury, 67 ans, a été abattue de quatre balles jeudi soir par des hommes armés devant son domicile. Elle était sortie de sa voiture pour déblayer des branches qui bloquaient la route menant chez elle. Les auteurs de l'acte ne sont à ce jour toujours pas connus. Une quarantaine d'ONG et d'associations de défense de l'environnement ont publié un communiqué commun et même le président Kenyatta a réagi.

Pour les défenseurs de l'environnement, il n'y a pas de doute : c'est à cause de son engagement que Joannah Stutchbury a été tuée. Cette militante kényane se battait depuis plusieurs années contre la déforestation illégale dans la forêt de Kiambu, à 16 km de la capitale. Sa mort a provoqué une vive émotion chez les militants écologistes au Kenya.

Dans un communiqué, le président Uhuru Kenyatta a condamné un meurtre commis par des « insensés » qui « versent le sang de personnes innocentes qui travaillent dur pour bâtir un Kenya meilleur pour tous ».

Pour Irungu Houghton, directeur exécutif d'Amnesty International au Kenya, il n'y a pas de doute : c'est son militantisme qui a coûté la vie à Joannah Stutchbury. « C'était une cible des promoteurs privés, car ils veulent exploiter la forêt autant que possible. Il ne s'agit pas d'un vol, mais un assassinat, car elle a été tuée mais rien ne lui a été volé, ils ont tout laissé sur place. Son meurtre est un choc pour tout le pays », explique-t-il.

Joannah Stutchbury avait été menacée à plusieurs reprises et elle n'était malheureusement pas un cas isolé au Kenya. Ces dernières années plusieurs défenseurs de l'environnement ont été assassinés. « Quand on perd une consœur environnementaliste, on se dit que ça peut nous arriver à nous aussi. Les gens qui se battent pour les bonnes causes sont soit menacés, soit tués. En tant qu'écologiste, je ne me sens plus en sécurité ici, au Kenya », déplore Elizabeth Wathuti, une militante écologiste et fondatrice de l'initiative Génération Verte au Kenya.

Les défenseurs de l'environnement demandent à ce que les assassins de Joannah Stutchbury soient traduits en justice. Le président Kenyatta a promis que les forces de l'ordre feraient tout pour les arrêter, les qualifiant « d'ennemis du pays ».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X