São Tomé and Príncipe: Présidentielle - Les habitants appelés aux urnes

Palais présidentiel de Sao Tomé-et-Principe.

On vote, ce dimanche 18 juillet, à Sao Tomé-et-Príncipe, petit archipel africain dans le golfe de Guinée, proche de l'équateur. Les Santoméens sont appelés aux urnes pour élire leur nouveau président. Un premier tour sans illusion, sur fond de pandémie et marqué par la dette extérieure. Dix-neuf candidats sont sur la ligne de départ, mais pas le président sortant, Evaristo Carvalho, qui ne se représente pas. Il y a trois fois plus de candidats qu'il y a cinq ans.

Déjà en lice, plusieurs membres du parti présidentiel, le Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe - Parti social-démocrate (MLSTP-PSD) dont Guilherme Posser Da Costa, l'un des principaux favoris, qui porte finalement les couleurs du parti au pouvoir.

Les autres personnalités en vue qui participent à la course sont Carlos Villa Nova, le candidat de l'opposition, de l'Action démocratique indépendante (ADI) et Delfim Das Neves, l'actuel président de l'Assemblée nationale.

Tous dénoncent la corruption et le « banho », pratique endémique à Sao-Tomé qui consiste à acheter les voix lors des élections. Le président sortant, Evaristo Carvalho en a même touché un mot, lundi, lors de son discours à l'occasion de la Fête de l'indépendance où il avait exhorté les Santoméens à « rester libres ».

Malgré l'embarras du choix, beaucoup d'électeurs vont voter sans illusion... Ce petit archipel, dépendant du tourisme, subit de plein fouet les conséquences du Covid-19 qui a poussé les hôtels à la fermeture et accentué le chômage.

Autre défi, celui de l'Etat qui est fortement endetté envers l'Angola et la Guinée Equatoriale et, qui plus est, les montants de ces dettes ne reculent pas.

Autant de priorités qui attendent le nouveau président qui devra composer avec le Premier ministre Jorge Bom Jesus, chef du gouvernement. Dans le régime semi-présidentiel de São Tomé-et-Príncipe, c'est ce dernier qui détient véritablement le pouvoir.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X