Ethiopie: Conflit au Tigré - Les miliciens amhara prêts à tout pour défendre le Wolkaït-Tegede

L'école Kissanet à Mekelle, en Éthiopie, abrite des centaines de personnes déplacées.

En Éthiopie, l'offensive des rebelles tigréens continue dans le nord. Huit mois après le début de la guerre, ils ont repris la capitale provinciale Mekele et la majorité de la province du Tigré et cherchent aujourd'hui à s'emparer du Wolkaït-Tegede, des terres à l'ouest du Tigré, capturées en novembre par les miliciens de la région voisine Amhara. Ces derniers sont bien décidés à défendre ce territoire aujourd'hui. Bien plus qu'une simple question militaire, la bataille pour le Wolkaït-Tegede s'annonce être un combat ethnique.

Militant pendant trois décennies pour le retour du Wolkaït dans le giron amhara, le milicien Gete Adel est de retour dans sa ville natale Dansha. C'est sa plus grande fierté.

« Moi, c'est un objectif pour lequel j'ai attendu et lutté pendant des années. Ce n'est pas seulement moi, mais tout le peuple qui a revendiqué son identité amhara. Notre communauté avait été poussée à l'exil et tuée. Aujourd'hui, nous ressentons une grande joie », explique-t-il.

La conquête de ces terres fertiles s'est faite dans les premiers jours du conflit en novembre, rappelle le chef des miliciens Sefer Melese. « Nous avons libéré notre pays. Les Tigréens l'avaient pris par la force il y a trente ans, nous l'avons récupéré en faisant couler le sang ».

La reconquête a forcé des centaines de milliers de Tigréens à l'exil. « Un nettoyage ethnique » selon les États-Unis. Mais selon la milicienne Fanos Tchekole, il n'y avait pas d'autre choix. « Les animaux nuisibles, si tu ne les extermines pas, ils reviennent. Soit ils te tuent, soit tu les tues, c'est comme ça. Donc je ne sais pas, mais moi je ne pense pas qu'on puisse de nouveau vivre ensemble avec les Tigréens », lance-t-elle.

Les forces tigréennes ont assuré qu'elles continueraient de se battre pour chaque mètre carré leur appartenant, y compris ce territoire du Wolkaït.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X