Burundi: La Focode contredit le président Ndayishimiye sur les disparitions forcées

Le président du Burundi Evariste Ndayishimiye

Le président Évariste Ndayishimiye était l'invité exclusif de RFI/France 24 la semaine dernière. Au cours de cette interview, il a assuré qu'il n'y a pas de disparition forcée au Burundi.

Des propos qui ont fait réagir l'organisation de défense des droits de l'homme, le Forum pour la conscience et le développement, le Focode. L'organisation enquête sur les disparitions forcées et a documentée plus de 200 cas depuis 2016, dont une trentaine depuis la prise de pouvoir du président Ndayishimiye.

Les propos du président Ndayishimiye nous ont choqués, parce qu'il avait promis de lutter contre les crimes et nous avions eu confiance, lorsqu'il est venu au pouvoir. Mais aujourd'hui, en s'engageant sur le terrain du déni, on se dit: mais finalement, qu'est-ce qui va changer? Donc nous demandons qu'il y ait des enquêtes.

Pacifique Nininahazwe, président du Focode

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X