Afrique: L'énergie jouera un rôle essentiel dans le succès de la Zone de libre-échange de l'Afrique

Damilola Ogunbiyi est la PDG de Sustainable Energy for All (SEforALL) et la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour l'énergie durable pour tous. En marge du Forum politique de haut niveau de l'ONU qui se tient à New York, Mme Ogunbiyi s'est entretenue avec Kingsley Ighobor d'Afrique Renouveau sur une série de questions, notamment sur la manière de lutter contre la pauvreté énergétique en Afrique. En voici des extraits :

Damilola Ogunbiyi, PDG et représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour l'énergie durable pour tous et coprésidente d'ONU-Énergie.

En tant que leader mondial et défenseur de la réalisation de l'ODD7, qui prévoit l'accès à une énergie fiable, abordable, durable et moderne pour tous d'ici 2030, quelles sont les trois choses essentielles que les pays africains doivent faire pour mettre fin à la pauvreté énergétique ?

L'une des premières choses importantes, que les pays ont commencé à faire, est d'identifier où se trouvent les personnes qui ont besoin d'électrification et de cuisson propre. Cela permettra aux pays d'identifier la meilleure façon de répondre à ces besoins en utilisant une série de combinaisons d'énergies, sachant que le plus propre est le meilleur.

Ensuite, les pays doivent s'assurer qu'ils disposent de politiques et de lois solides pour attirer les investissements et favoriser leur propre marché des énergies renouvelables et propres.

Enfin, et il s'agit là d'un problème mondial et d'un problème propre aux pays africains, le financement doit être assuré. Ainsi, le financement public, le financement privé, le financement commercial, le financement par concession non commerciale, l'argent de la philanthropie - tous doivent être réunis pour que nous puissions mettre fin à la pauvreté énergétique.

Aujourd'hui, plus de 700 millions de personnes n'ont pas du tout d'électricité. Environ 2,6 milliards de personnes, soit près d'un tiers de la population mondiale, n'ont pas accès à une cuisine propre.

En Afrique, 570 millions de personnes n'ont pas accès à l'électricité. Nous parlons d'un problème qui nous coûtera environ 40 milliards de dollars chaque année d'ici à 2030. Et à l'heure actuelle, en Afrique, nous voyons des chiffres inférieurs à 4 milliards de dollars. Cela montre bien l'ampleur du travail à accomplir pour s'assurer que les ressources nécessaires sont affectées à la résolution de la pauvreté énergétique.

Ainsi, près de 600 millions d'Africains n'ont pas accès à l'énergie. Cela représente environ la moitié de la population du continent. Comment les pays africains s'en sortent-ils dans la transition vers les énergies propres ? Y a-t-il de bons exemples ?

Il y a d'excellents exemples. Si je prends mon pays, le Nigeria, par exemple, j'ai dirigé le plus grand programme d'accès à l'énergie, qui était axé sur des projets d'énergie renouvelable dans le cadre d'un programme appelé "Nigerian Electrification Project". Il a été entrepris grâce à des partenariats efficaces avec la Banque mondiale et la Banque africaine de développement. Nous avons distribué des solutions énergétiques et nous nous sommes concentrés sur l'énergie solaire, ce qui nous a permis d'alimenter certaines universités en électricité.

De bons exemples nous viennent également du Rwanda et du Sénégal. Mais le problème, c'est qu'ils sont de petite taille ; nous devons maintenant envisager de passer à l'échelle supérieure.

Ce n'est pas qu'il n'y a pas de progrès dans les pays africains en termes d'électrification, mais la croissance démographique l'emporte sur l'électrification. Ainsi, même si vous faites des progrès en matière d'accès à l'énergie pour un ou deux millions de personnes supplémentaires chaque année, mais que vous avez une croissance démographique d'environ 10 millions, il est difficile de rattraper le retard. C'est pourquoi nous devons accélérer le rythme. Et c'est pourquoi nous avons besoin, comme je l'ai dit, de l'argent de la philanthropie, des institutions de développement, des institutions financières, des gouvernements - tous se réunissant pour chercher des solutions créatives qui garantiront que personne ne sera laissé pour compte en matière d'accès à l'énergie.

Quels sont les progrès réalisés pour rallier des financements pour le secteur de l'énergie en Afrique ?

C'est important maintenant, surtout cette année où l'ONU organise un dialogue de haut niveau sur l'énergie, pour la première fois en 40 ans. Nous discutons de ce sujet à l'Assemblée générale des Nations unies. Les gens reconnaissent désormais que la pauvreté énergétique est un problème grave, et il est vraiment important, alors que nous essayons de passer à une énergie verte, renouvelable et propre, ce qui est très important, que l'accès à l'énergie et la pauvreté énergétique fassent partie de la transition énergétique pour de nombreux pays africains.

J'ai beaucoup d'espoir et d'optimisme quant au fait que cette année, il y aura un grand changement en termes de paquet de relance (COVID-19) et d'autres paquets vers l'énergie propre en Afrique, ce que nous n'avons jamais vu auparavant.

La pandémie de COVID-19 a réduit la marge de manœuvre budgétaire de nombreux pays. Et l'Afrique est actuellement aux prises avec une troisième vague d'infections. Quels conseils donneriez-vous à ces pays en ce moment pour qu'ils donnent la priorité aux investissements énergétiques ?

Pour chaque dollar investi dans les énergies propres dans un pays, nous constatons des bénéfices d'environ 0,93 centime d'euro par rapport au PIB. Il s'agit donc d'une bonne décision économique. Des emplois sont créés, l'accès à l'énergie et l'efficacité énergétique sont améliorés. Il y a beaucoup d'avantages, en dehors de ceux qui sont évidents, notamment une population en meilleure santé, des rendements plus élevés dans l'agriculture, etc.

Et pour les femmes ?

Si vous donnez à une femme l'accès à une énergie durable, elle gagne 59 % de plus. Donc, même si vous avez une longue liste de choses dans lesquelles vous voulez dépenser de l'argent, l'énergie propre est celle sur laquelle vous devriez vous concentrer parce que c'est tout simplement un bon calcul en termes de croissance économique.

La zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) a été lancée en janvier de cette année et devrait catalyser l'industrialisation de l'Afrique. Comment une énergie abordable pour tous, ainsi que la réalisation d'émissions proches de zéro, pourraient-elles soutenir cette industrialisation ?

Le fait que l'Afrique soit l'une des régions qui aura besoin de plus d'énergie au lieu de moins, en particulier l'Afrique subsaharienne, est un élément clé. Permettez-moi de remettre les choses en perspective : la capacité installée de l'Afrique subsaharienne, si l'on exclut l'Afrique du Sud, n'est que de 81 gigawatts. C'est la même capacité que celle de l'Allemagne. Donc, c'est 81 gigawatts pour plus d'un milliard de personnes. L'Afrique subsaharienne est responsable de moins d'un pour cent des émissions mondiales, et nous voulons que ces émissions restent faibles et qu'elles continuent de s'inscrire dans une trajectoire à faible émission de carbone. Nous aurions besoin de panneaux solaires, de batteries au lithium et d'onduleurs. Nous avons besoin de beaucoup de technologies. Celles-ci ne doivent pas être importées sur le continent ; nous devons envisager de les fabriquer en Afrique pour répondre à la demande.

L'énergie jouera certainement un rôle essentiel dans la réussite de la zone de libre-échange africaine.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X