Afrique: Approfondissement du partenariat UE-Afrique

Abritant plus d'un milliard d'habitants, l'Afrique possède la classe moyenne la plus jeune et la plus dynamique au monde. Avec un âge médian de 14 ans plus jeune que celui de tout autre continent, l'Afrique est à l'aube d'une profonde transformation politique, économique et sociale. Environ 20 millions de demandeurs d'emploi entrent chaque année sur le marché du travail en Afrique subsaharienne. Si ces jeunes peuvent être intégrés dans l'économie, ils pourraient contribuer de manière décisive au développement et à la croissance de la région.

Pour aider l'Afrique à réaliser ce dividende démographique, les institutions financières et les banques de développement doivent investir dans la transformation à venir. Cela signifie à la fois promouvoir le secteur privé - le moteur de la création d'emplois - et changer notre façon de fonctionner.

Dans tous les domaines du développement économique, investir dans l'avenir de l'Afrique représente une solution gagnant-gagnant, car bon nombre des plus grands défis du continent sont en fait des problèmes mondiaux qui nous affecteront tous. La Covid-19 l'a clairement indiqué, offrant un avertissement sur ce qui nous attend à l'ère du changement climatique. Pour que l'Europe évite les pires effets du réchauffement climatique, elle doit s'engager avec les pays du monde entier pour les aider à atteindre la durabilité et la résilience climatique.

Bien que l'Afrique soit dotée d'une grande richesse naturelle, des facteurs politiques et historiques l'ont affligée de taux de pauvreté élevés. Neuf des dix pays ayant les taux de pauvreté les plus élevés se trouvent en Afrique subsaharienne, et les retombées économiques de la pandémie auraient ajouté 32 millions de plus au total.

Pourtant, les perspectives du continent évoluent. Ses secteurs pétrolier et minier représentent désormais une minorité des entrées de capitaux à long terme, car les investisseurs se concentrent désormais sur les télécommunications, le commerce de détail et les services. En Afrique subsaharienne, 90.000 utilisateurs en moyenne par jour se connectent à Internet pour la première fois. L'Afrique est en train de devenir rapidement le nouveau centre mondial des services bancaires mobiles, un développement qui élargira l'accès de ses économies aux marchés mondiaux, renforcera la résilience, renforcera la transparence et créera des emplois.

Dans le rapport de développement 2021 de la Banque européenne d'investissement, qui détaille nos 5 milliards d'euros de prêts en Afrique l'année dernière, nous proposons une série d'articles d'experts soulignant les complexités auxquelles est confronté le financement du développement aujourd'hui. Les nouveaux problèmes vont de la façon de calculer le risque climatique à l'expansion des programmes pour sauver les forêts de Côte d'Ivoire, qui sont abattues à un rythme alarmant pour faire place à la production de cacao.

Parallèlement au rapport sur le développement, nous avons également publié Un partenariat avec l'Afrique, qui approfondit les idées stratégiques et politiques clés qui guident les efforts de développement contemporains. En tant que l'un des problèmes mondiaux déterminants de ce siècle, le changement climatique intensifiera les défis de l'Afrique, notamment en déplaçant davantage de personnes et en fragilisant les États et les sociétés. Bien qu'elle contribue à moins de 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, l'Afrique risque de subir le plein impact d'un réchauffement de la planète.

Cependant, en raison du niveau d'industrialisation relativement faible de l'Afrique (reflété dans sa faible contribution au réchauffement climatique), il existe une opportunité unique de sauter directement dans un avenir plus vert. Pour réussir, les dirigeants africains doivent soutenir l'innovation et l'adoption des meilleures technologies disponibles. Les biens de base tels que l'eau, les énergies renouvelables et la mobilité propre doivent être mis à la disposition de tous.

La BEI opère en Afrique depuis 1965, investissant 59 milliards d'euros dans 52 pays africains et affinant un modèle dont d'autres institutions financières internationales peuvent s'inspirer. L'année dernière, 71% de notre financement pour l'Afrique subsaharienne a été alloué aux Etats fragiles ou aux pays les moins avancés, où nous avons cherché à soutenir les changements positifs en cours, notamment une croissance économique rapide, une stabilité et une intégration politiques améliorées, une augmentation des investissements étrangers et des opportunités commerciales plus nombreuses et meilleures. Ce travail repose sur une volonté d'écouter les dirigeants africains et de coopérer avec des innovateurs ambitieux et engagés. Cela nous permet de répondre directement aux besoins et priorités locaux tout en continuant à travailler conformément à la politique de l'UE.

Au cours des deux derniers mois, nous avons eu des discussions stratégiques avec les présidents du Sénégal, du Ghana et de la Tunisie, ainsi qu'avec la commissaire de l'Union africaine Josefa Sacko. La BEI a également joué un rôle actif dans le récent sommet africain que le président français Emmanuel Macron a accueilli à Paris, et dans le Forum sur l'investissement vert UE-Afrique en avril. Lors des deux événements, les dirigeants des deux continents ont souligné la nécessité d'un partenariat plus solide.

De nombreux dirigeants africains ont répondu à la pandémie de Covid-19 avec une détermination impressionnante. En agissant ensemble, l'Afrique et l'Europe peuvent faire face à la crise sanitaire et économique actuelle tout en définissant des priorités d'investissement communes pour parvenir à une reprise durable et inclusive.

Pour notre part, à la BEI, nous avons considérablement affiné nos opérations africaines ces dernières années. Et à la suite de discussions entre les décideurs politiques de l'UE sur la manière d'améliorer l'architecture financière européenne pour le développement, nous avons réfléchi à la manière de recentrer nos contributions pour maximiser leur impact au service des objectifs de l'UE et de l'Afrique.

En améliorant la manière dont nous fournissons notre financement du développement en étroite coopération avec la Commission européenne et le Service européen pour l'action extérieure, nous pouvons contribuer à répondre au besoin croissant de relations économiques et commerciales toujours plus fortes entre l'Europe et l'Afrique. À l'ère du changement climatique et des pandémies mondiales, nos continents couleront ou nageront ensemble.

*Président de la Banque européenne d'investissement

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X