Sénégal: Troisième vague de Covid-19 - Premières mesures de restriction et retour à la case de départ

19 Juillet 2021

«Si la situation l'impose, nous reviendrons aux mesures que nous avions déjà connues par le passé». Le Président de la République, Macky Sall, a ainsi mis en garde les populations face la virulence de la 3e vague de Covid-19 avec le variant Delta, alors qu'il recevait, le vendredi 16 juillet 2021, le rapport final du Comité de suivi de la mise en œuvre des opérations du Fonds «Force Covid-19». Les premières mesures de «restriction/protection» ont suivi, avec le retour à l'obligation du port du masque de protection dans les lieux publics et privés et dans les moyens de transports.

PORT OBLIGATOIRE DU MASQUE FACE A LA 3EME VAGUE DE COVID-19 : Antoine Diome menace déjà «les contrevenants»

Désormais, le port du masque de protection est à nouveau devenu obligatoire dans tous les lieux publics et privés sur l'ensemble du territoire sénégalais. Face à la recrudescence de la pandémie à coronavirus (Covid19), dont le variant Delta accélère la propagation au Sénégal, le ministre de l'Intérieur, Antoine Félix Abdoulaye Diome, a sorti un communiqué rappelant aux populations que le précédent arrêté sur le port du masque est toujours en vigueur. «Face à la recrudescence de la pandémie à coronavirus, le ministère de l'Intérieur tient à rappeler aux populations que l'arrêté numéro 017602 du 29 avril 2021 prescrivant le port du masque de protection dans les lieux publics et privés reste toujours en vigueur», lit-on d'emblée dans le document qu'il a signé, le samedi 17 juillet 2021, dont la Rédaction du Sud Quotidien a reçu une copie.

Par conséquent, insiste Antoine Félix Abdoulaye Diome, «sur l'ensemble du territoire nationale, le port du masque de protection demeure obligatoire dans les lieux publics et privés ci-après : la voie publique, les services de l'Administration publique, quel qu'en soit le mode de gestion, les services du secteur privé, les lieux de commerce, les moyens de transport public, les moyens de transport privé transportant au moins 02 personnes», précise le texte. Dès lors, «le ministre de l'Intérieur invite les populations à se conformer à ces mesures et rappelle que le non-respect de celles-ci expose les contrevenants aux sanctions prévues par les lois et règlements», conclut le ministre chargé de la Sécurité publique.

Déjà, dans son intervention, le président de la République, Macky Sall, soulignant que «l'heure est grave», a déclaré : «Il faut que nous soyons conscients que ce variant Delta a une vitesse de contamination sans précédent. Donc, soit, nous sommes conscients du danger et nous nous autorégulons en ce moment, on laisse l'activité se dérouler puisqu'on connait les conséquences de l'arrêt des activités sur nous, sur l'économie. Mais on ne peut pas laisser la maladie prendre le dessus et le pays submerger, les hôpitaux dépasser pour constater malheureusement des morts voire des centaines de morts ou des milliers de morts comme déjà c'est le cas dans beaucoup de pays». Et d'ajouter, d'un ton ferme, «si cette contamination doit évoluer, je prendrais toutes les mesures que nécessitera la situation, y compris s'il faut retourner en état d'urgence, s'il faut refermer les frontières, s'il faut interdire les déplacements.

TABASKI 2021 : Pas de prière des deux rakkats à la zawiya Omarienne

La hausse vertigineuse des cas de Covid-19 au Sénégal constatée ces derniers jours ne laisse pas indifférents les guides religieux du pays. La famille Omarienne, tirant les enseignements de la situation, a décidé d'annuler la prière collective des deux rakkats à la Grande mosquée Omarienne de Dakar, le jour de la Tabaski (Aïd el-Kebir ou Aïd al-Adha), informe une note reçue à la Rédaction de Sud Quotidien

TRANSPORTS PUBLICS ET PRIVES : Mansour Faye impose le port du masque dans tous les véhicules

Suite à la sortie, le vendredi 16 juillet dernier, du chef de l'Etat Macky Sall, mettant en garde et appelant à plus de vigilance et de responsabilité face à l'effet «dévastateur» de la 3e vague de Covid-19 dont le variant Delta inquiète plus, l'heure est aux premières mesures de restriction.

A travers un arrêté, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye, rend à nouveau obligatoire le port du masque de protection dans les moyens de transport. Cette mesure s'impose à tous les occupants des véhicules dès que le nombre dépasse une personne. Selon cet arrêté portant restriction sur les services de transport terrestre, dans le cadre de la lutte contre la propagation de la Covid-19, l'embarquement des passagers dans les véhicules de transport public et privé de voyageurs et de marchandises se fait dans le respect des mesures d'hygiène et de sécurité sanitaire édictées.

Conséquence, «le port du masque est obligatoire de nouveau «pour tous les occupants du véhicule, jusqu'à leur débarquement, dès que leur nombre est supérieur à un (01); l'application d'un produit désinfectant sur les mains est obligatoire pour tous les passagers, avant leur accès à bord des véhicules de transport public de voyageurs».

De même, les opérateurs de transport sont également tenus de procéder au nettoyage désinfectant de chaque véhicule de transport (à l'intérieur et à l'extérieur). Surtout les véhicules de transport en commun qui devront être désinfectés au moins une fois par jour. Il s'y ajoute des gants, masques et produits désinfectants qui devront être fournis au personnel de ces transports en commun.

Cette décision est prise quelques cinq jours seulement avant la fête de la Tabaski qui se caractérise par un mouvement important de populations qui se déplacent notamment de Dakar et les capitales régionales vers les localités intérieures du Sénégal. D'ailleurs, recevant le rapport final du Comité de suivi de la mise en œuvre des opérations du Fonds «Force Covid-19», vendredi dernier, le président Macky Sall a exhorté les Sénégalais à «éviter les déplacements pendant la fête de Tabaski», pour ne pas infecter les zones jusque-là épargnées par le virus

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X