Afrique de l'Ouest: La Chine construit un oléoduc de 1980 km entre le Niger et la République du Bénin.

Un pipeline en Afrique.

La China National Petroleum Corporation (CNPC), désormais connue sous le nom de China Petroleum Pipeline Engineering Co. Ltd. (CPP), a commencé les travaux de construction d'un oléoduc de 1 980 km de diamètre 20 pouces qui transportera du brut du bassin du Rift d'Agadem. (ARB) en République du Niger au terminal pétrolier de l'Atlantique de la République du Bénin dans le port de Sèmè-Kraké.

La construction de l'oléoduc qui, selon les partenaires, avait été retardée pendant des mois par la pandémie de coronavirus devrait augmenter la production pétrolière du Niger de 20 000 barils par jour actuels à 120 000 barils par jour après l'achèvement de l'oléoduc en 2024.

Un oléoduc de 7 milliards de dollars

Connu sous le nom d'oléoduc d'exportation Niger-Bénin (NBEP), l'oléoduc, d'une valeur de 7 milliards de dollars, qui a été lancé par les gouvernements du Niger et du Bénin le mois dernier, ira d'Agadem au Niger à la République du Benin

Il y a de fortes indications que le Nigeria a perdu les énormes gains économiques qui auraient été gagnés par le pays et ses nombreux citoyens du pipeline de pétrole brut de plusieurs milliards de dollars avec le gouvernement de la République du Niger et le gouvernement chinois.

Les conclusions ont révélé que le projet d'oléoduc d'exportation de pétrole brut, qui est désormais prévu de s'étendre de la République du Niger à Port Seme sur la côte atlantique du Bénin, était initialement prévu avec le gouvernement nigérian.

Des sources proches de la transaction ont révélé que la China National Petroleum Corporation (CNPC) désormais connue sous le nom de China Petroleum Pipeline Engineering Co., Ltd. (CPP) tentait depuis 2006 de construire un oléoduc reliant les champs pétroliers du Niger à la côte.

Selon des sources, le tollé de certains Nigérians au sujet du projet de gazoduc pourrait avoir conduit le gouvernement nigérian à refuser l'accord avec la Chine.

L'oléoduc permettrait le transport de toutes les réserves prouvées de brut au Niger pour l'exportation afin de gagner des devises pour le gouvernement nigérien et les promoteurs.

"LEADERSHIP Sunday" a rappelé que la CNPC avait offert en 2006 102 millions de dollars aux enchères organisées par le Bureau des entreprises publiques (BPE) pour privatiser la raffinerie de Kaduna, mais le Nigeria a décliné.

La source a révélé que la CNCP avait prévu d'acheter la raffinerie de Kaduna, de la réhabiliter puis de construire un oléoduc pour la République du Niger afin de fournir du pétrole brut à raffiner à la raffinerie.

Après l'échec de la sécurisation du plan avec le Nigeria, la CNCP serait passée à la planification de l'oléoduc Niger-Tchad, qui aurait relié le Tchad à l'oléoduc Tchad-Cameroun, mais ce plan a été abandonné, apparemment en raison d'une 'mauvaise expérience avec les autorités tchadiennes.

L'explication officielle donnée pour l'annulation du projet était les inquiétudes suscitées par les attaques de Boko Haram dans la région du lac Tchad.

Après que ce plan a commencé à s'effondrer, CNPC a poursuivi un plan alternatif pour acheminer un pipeline vers la côte à travers le Bénin.

En janvier 2019, le ministre des ressources pétrolières de la République du Niger et le ministre de l'eau et des mines du Bénin ont signé un accord bilatéral pour la construction de l'oléoduc, et plus tard en août, la CNPC a signé un contrat avec le gouvernement du Bénin pour la construction et l'exploitation de l'oléoduc Niger-Bénin pipeline.

Une approbation majeure sans réserve

L'oléoduc de 1 982 km et de 7 milliards de dollars partirait du champ pétrolier d'Agadem au Niger, se connecterait à la raffinerie construite par CNPC à Zinder, au Niger, et se terminerait au port de Seme Terminal au Bénin, permettant à CNPC d'exporter du pétrole nigérien.

En septembre 2019, la CNPC a signé une convention de transport avec les deux gouvernements et a commencé la construction, le président nigérien d'alors Mahamadou Issoufou posant la première pierre et donnant au projet une approbation sans réserve.

En février 2020, la CNPC a suspendu tous les travaux de construction en raison de la pandémie de COVID-19. Avec l'affliction du coronavirus qui fait rage en Chine, CNPC n'a pas pu transférer d'employés de Chine et s'inquiétait de la propagation de la maladie parmi les ouvriers du bâtiment.

En octobre 2020, il a été signalé que la CNPC avait commencé la conception détaillée du gazoduc et qu'un consortium de sociétés liées à la CNPC avait achevé l'ingénierie de la section onshore du projet, dont 675 kilomètres qui traverseront le Bénin et 1 275 kilomètres à travers Niger.

Les experts pensent que le Nigeria aurait énormément bénéficié de la transaction, si, elle avait été menée à bien dans le pays, en termes d'accès plus facile à l'esprit moteur haut de gamme pour une utilisation dans le pays, ainsi que d'énormes opportunités d'emploi pour les jeunes grouillants du pays. Tous ces bénéfices iront désormais à la République du Bénin

Dans sa réaction, Adigun Ademola, analyste de la politique pétrolière à la Facilité pour la transparence et la réforme du secteur pétrolier (FOSTER), a déclaré qu'il s'agissait d'une perte énorme pour le pays qui a un énorme déficit d'infrastructure dans l'industrie pétrolière et gazière.

Ademola a déclaré, cependant, que le Nigeria pourrait avoir rejeté l'accord en raison de conditions contractuelles défavorables ; néanmoins, le projet aurait offert une excellente occasion d'optimiser les opérations et les opportunités de l'industrie.

Un autre répondant qui ne voudrait pas être nommé a déclaré que le gouvernement pourrait se désengager prudemment d'un énorme endettement financier envers la Chine.

La source a curieusement lié le rejet de l'accord par le Nigeria au retard actuel des prêteurs chinois à débloquer des fonds essentiels pour l'achèvement du pipeline Ajaokuta-Kaduna-Kano.

On a appris que le gouvernement fédéral cherchait un prêt de 1 milliard de dollars afin que les travaux puissent se poursuivre sur le gazoduc qui coûtera jusqu'à 2,8 milliards de dollars après que les prêteurs chinois, qui s'étaient engagés à offrir la plupart des fonds, n'aient pas déboursé de l'argent aussi rapidement. comme prévu.

C'est le dernier signe de la baisse du soutien financier chinois aux projets d'infrastructure à travers l'Afrique, après des années d'importants prêts chinois pour les projets ferroviaires, énergétiques et autres.

Un porte-parole de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), qui construit le pipeline Ajaokuta-Kaduna-Kano (AKK) de 614 km (384 miles), a déclaré qu'elle était toujours en train de négocier avec les prêteurs chinois - Bank of China et Sinosure - pour couvrir 1,8 milliard de dollars du coût du projet.

« Il n'y a aucune raison de s'alarmer », a déclaré le porte-parole, sans dire si la NNPC se tournait vers d'autres prêteurs.

Mais les trois sources ont déclaré à Reuters que la société approchait maintenant d'autres, y compris des institutions d'import-export, pour poursuivre les travaux sur le pipeline qui traversera le centre du pays jusqu'à son centre économique du nord, Kano.

Les prêteurs chinois avaient initialement été alignés pour financer la majeure partie du coût estimé de 2,5 à 2,8 milliards de dollars du projet, qui est au cœur du plan du président Muhammadu Buhari pour développer les ressources gazières et stimuler le développement dans le nord du Nigeria.

La NNPC, qui finançait 15%, a déclaré l'année dernière qu'elle avait utilisé ses propres fonds pour démarrer la construction. Les sources ont déclaré que les prêteurs chinois n'accepteraient pas de débourser les liquidités attendues par la NNPC d'ici la fin de l'été, ce qui l'a incitée à se tourner vers d'autres sources.

Ils considèrent le Nigeria comme un seul prêt, et en ce moment ils se sentent trop exposés », a déclaré une source.

La Banque de Chine a déclaré qu'elle ne ferait aucun commentaire sur des accords spécifiques. Sinosure n'a pas répondu à une demande de commentaire.

Les ministères nigérians des Transports, des Finances et du Pétrole n'ont pas non plus répondu aux demandes de commentaires.

Les prêts bancaires chinois aux projets d'infrastructure africains ont chuté à travers le continent, passant de 11 milliards de dollars en 2017 à 3,3 milliards de dollars en 2020, selon un rapport de Baker McKenzie en avril dernier.

Le continent étant confronté à un déficit d'infrastructures estimé à 100 milliards de dollars par an, la perte du financement chinois laisse un grand vide à combler.

Le Nigeria a commencé à construire le gazoduc AKK en juin 2020, affirmant qu'il contribuerait à générer 3,6 gigawatts d'électricité et à soutenir les industries gazières le long du tracé. Le projet devait être financé selon un modèle de financement par emprunt, adossé à une garantie souveraine et remboursé par le biais du tarif de transport du gazoduc.

La NNPC a attribué des travaux d'ingénierie et de construction le long de trois sections du pipeline à Oando, OilServe, China First Highway Engineering Company, Brentex Petroleum Services et China Petroleum Pipeline Bureau.

Le ministre des Transports, Rotimi Amaechi, a déclaré plus tôt ce mois-ci que le Nigeria négociait un mélange de prêts de prêteurs chinois et européens pour financer des projets ferroviaires, après que les médias eurent annoncé qu'il avait initialement prévu de s'appuyer principalement sur les banques chinoises.

L'ancien président de l'Association nationale des maîtres marins (NAMM), Ade Olopoenia, a déclaré que le Nigéria était censé être un port de destination pour les pays enclavés comme le Tchad et la République du Niger, mais l'inefficacité de notre part nous a coûté ce statut.

Olopoenia, lors d'une conversation avec LEADERSHIP dimanche, a déclaré qu'il pourrait y avoir un accord entre le Nigeria et la République du Niger, mais qu'il y aura une clause qui contribuera à mettre fin au pacte si certaines conditions ne sont pas remplies.

Il a déclaré : « C'est à cause de ce qui se passe dans les ports nigérians qui a fait que la République du Bénin reçoit des cargaisons nigérianes en raison de son efficacité et de ses plans tarifaires plus bas. Ils préféreront dépenser moins et profiter davantage en République du Bénin que de venir au port nigérian pour exporter du brut et payer plus. »

Il a également déclaré que les pipelines nigérians n'étant pas à l'abri du vandalisme, la République du Niger peut être sceptique quant à l'utilisation de notre port pour l'exportation.

« Les pipelines nigérians ne sont pas à l'abri du vandalisme. Des produits sont vandalisés et cela entraîne un dysfonctionnement des canalisations. C'est peut-être une autre peur. En raison de l'insécurité, ils peuvent avoir peur d'investir massivement au Nigeria. Ils avaient donc besoin d'un endroit sûr pour exporter leur brut et s'ils ne le trouvent pas au Nigeria, ils chercheront une autre option », a-t-il déclaré.

A La Une: Niger

Plus de: Confidentiel Afrique

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X