Afrique: Pegasus - Des opposants africains mis sous surveillance

Cybersécurité, internet, corruption, numérique, criminalistique
20 Juillet 2021

Le logiciel malveillant Pegasus aurait également été utilisé par au moins sept gouvernements africains. La RDC, le Maroc, le Togo et le Rwanda sont cités.

Le logiciel aurait permis d'espionner les numéros d'au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d'entreprises de différents pays.

Parmi les personnes citées, Carine Kanimba, la fille de Paul Rusesabagina (le héros du film Hotel Rwanda), actuellement devant la justice. La jeune femme pointe du doigt les autorités rwandaises.

"Je suis choquée, effrayée un peu quand même parce que ça veut dire qu'ils ont accès à toutes mes informations, mais je ne suis pas découragée parce qu'on a réussi à exposer les tactiques de la dictature rwandaise", confie la jeune femme.

"Le logiciel Pegasus coûte des millions au gouvernement rwandais et la décision de me mettre sur écoute, de me surveiller, alors qu'on sait qu'il y a beaucoup de gens au Rwanda qui meurent de faim, qui ont besoin de médicaments, qui ont besoin d'attention, qui ont besoin de cet argent pour survivre, le gouvernement rwandais lui, préfère me mettre sur écoute", poursuit Carine Kanimba.

Au Togo, le père Pierre Marie Chanel Affognon, très actif au sein de la société civile, aurait lui aussi été placé sur écoute.

Comme Carine Kanimba, il déplore les sommes faramineuses utilisées à des fins d'espionnage par son pays. "Si des citoyens et des hommes religieux sont considérés comme un danger potentiel pour la nation, je crois quand même qu'il y a là quelque chose à corriger. Et puis, on ne peut pas minimiser le coût de ce logiciel ! Qu'est-ce que cela a coûté au contribuable togolais ? Une mesure de justice serait que ceux qui ont acheté ce logiciel puissent rembourser à l'État togolais la somme et que ce fonds soit investi dans le social", souhaite l'homme d'Eglise.

Le groupe NSO qui a élaboré le logiciel assure que son programme sert uniquement à obtenir des renseignements contre des réseaux criminels ou terroristes.

Pour sa part, la Haut commissaire aux droits de l'homme de l'Onu a réclamé une meilleure "réglementation" du transfert des technologies de surveillance.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X