Burkina Faso: Banwa - Une marche contre l'état des voies

20 Juillet 2021

Dans ses tournées, Kantigui est tombé sur une information qui fait le tour de la province des Banwa. En effet, selon les informations rapportées à Kantigui, une marche de protestation sera organisée à Solenzo, le lundi 26 juillet prochain.

Interrogé sur les raisons de cette initiative, l'interlocuteur de Kantigui a précisé que les Organisations de la société civile (OSC) reprochent au gouvernement, de « fausses promesses » de bitumage des routes reliant Solenzo aux autres capitales provinciales et régionales, mais aussi un « manque de volonté » de l'exécutif, d'ériger un Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) moderne qui répond aux normes dans la province.

Pourtant, a signifié la même source, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, après s'être embourbé avec son véhicule en 2015, lors de sa campagne électorale, avait promis à la population, le bitume de l'axe Koundougou- Solenzo - Dédougou, dès qu'il accède au pouvoir.

A entendre la source de Kantigui, le marché de bitumage de la voie a été attribué, mais l'entreprise serait défaillante depuis plusieurs mois, laissant les populations dans le désespoir total.

Les interlocuteurs de Kantigui ont affirmé que plusieurs décès sont liés au mauvais état des routes de la province, devenues des « fleuves » en saison des pluies.

Un conseiller pédagogique « floueur »

Les supplications de plusieurs enseignants sont parvenues jusqu'à Kantigui. Candidats au concours professionnel du Certificat d'aptitude pédagogique (CAP), ils se sont inscrits à raison de 16 000 F CFA par personne, dans un « centre » de formation ouvert par un conseiller pédagogique de l'enseignement primaire de renom, dans le quartier Tanghin de Ouagadougou. Contre toute attente, l'encadreur est quasiment absent, a-t-on appris à Kantigui, se faisant remplacer par un autre qui n'aurait pas le niveau. « Selon le calendrier qu'il nous a communiqué, chaque jour, il devait nous encadrer, soit le matin ou le soir. Souvent, celui qu'il envoie pour le remplacer plaque des exercices au tableau et nous dit qu'on va corriger demain, espérant que le conseiller lui-même sera là », a relaté un enseignant.

Information prise, il est revenu à Kantigui que le conseiller pédagogique n'a simplement pas le temps, parce qu'il a ouvert deux autres centres dans le quartier Pissy de la capitale. Kantigui invite le conseiller « floueur » de ne pas se faire des sous sur le dos des autres et surtout à respecter ses engagements.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X