Afrique de l'Ouest: Coopération transfrontalière Burkina-Togo-Ghana - La formalisation du cadre de concertation tripartite en perspective

20 Juillet 2021

Les travaux de la 2e la rencontre transfrontalière ont été conduits par le gouverneur du Centre-Est, Antoine Ouédraogo (droite) et le préfet des Savanes, Tchimbiandja Yendoudokoa Douti.

La région des Savanes au Togo a accueilli, la deuxième rencontre transfrontalière avec celle du Centre-Est au Burkina Faso, les 12 et 13 juillet 2021, à Dapaong. Les travaux ont été présidés et dirigés par le gouverneur du Centre-Est, Antoine Ouédraogo et le préfet des Savanes, Tchimbiandja Yendoudokoa Douti.

Dans l'optique de renforcer les liens séculaires entre les peuples des régions frontalières des Savanes (Togo) et du Centre-Est (Burkina Faso) dans une perspective d'intégration sous-régionale et de promotion d'un développement socio-économique durable, les autorités administratives des deux régions ont institué des rencontres de concertation périodiques. Cela, en vue de promouvoir la coexistence pacifique, de renforcer la coopération transfrontalière, ainsi que les liens de fraternité et d'amitié entre les populations de leurs ressorts territoriaux.

Après Kombissiri au Burkina Faso qui a abrité en 2009 la première réunion tripartite des autorités administratives du Centre-Est au Burkina Faso, de la Upper East au Ghana et des Savanes au Togo, c'est Dapaong (Togo) qui a réuni, les 12 et 13 juillet 2021, la rencontre transfrontalière entre les régions burkinabè et togolaise, avec l'appui technique et financier de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Le préfet de la région hôte de la deuxième rencontre, Tchimbiandja Yendoudokoa Douti, a relevé que la question sécuritaire est une préoccupation majeure pour tous les Etats et les dirigeants s'évertuent à assurer à leurs concitoyens, la paix et la sécurité, indispensables à leur plein épanouissement. Il a, par ailleurs, précisé que la rencontre de Dapaong marque un nouveau pas dans les relations légendaires tissées patiemment, car au cours des deux jours de travaux, les participants ont réfléchi des thèmes variés présentés par des personnes averties.

Sensibiliser les populations

Les participants à la rencontre de Dapaong ont recommandé de formaliser le cadre de concertation transfrontalière tripartite avant la fin de l'année 2021.

Ainsi, a-t-il dit, les échanges sous forme de communications, ont permis aux deux parties d'aborder les enjeux et dispositions pour une meilleure gestion de la transhumance transfrontalière dans la région des Savanes dans un contexte de raréfaction des ressources et d'insécurité, la gestion intégrée des frontières et les expériences du Togo et du Burkina Faso dans la lutte contre l'insécurité et l'extrémisme violent en Afrique subsaharienne. A cela, s'ajoutent la libre circulation des personnes et des biens, les acquis, forces, faiblesses et perspectives des rencontres tripartites (régions des Savanes, Centre-Est et Upper East) et la porosité des frontières.

A la suite des échanges, les participants ont recommandé de formaliser le cadre de concertation transfrontalière tripartite avant la fin de l'année 2021. A cet effet, la partie togolaise s'est engagée à proposer le draft du projet de convention au plus tard fin août 2021. Ledit draft devra être enrichi par la suite par les parties burkinabè et ghanéenne et adopté lors d'une rencontre tripartite qui sera organisée grâce à l'appui de l'OIM.

La rencontre a également demandé de poursuivre les actions de sensibilisation des populations à divers thèmes dont la coexistence pacifique, la transhumance, la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent, de faire le plaidoyer pour l'élaboration de Schéma d'aménagement transfrontalier intégré (SATI) et d'instruments locaux de promotion du développement local transfrontalier et de renforcer la coopération et la collaboration entre les Forces de défense et de sécurité (FDS) des deux pays en vue d'une meilleure prise en charge de la question sécuritaire. La signature du communiqué conjoint par le gouverneur Antoine Ouédraogo et son homologue du Togo, a sanctionné les travaux.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X