Madagascar: L'enfer du décor

De bonnes intentions. À 60 ans la cour suprême ambitionne de reconquérir la confiance des justiciables envers la justice. Des efforts ont été ainsi annoncés pour gagner ce difficile pari avec comme ligne directrice l'accessibilité et la proximité. Un projet de numérisation du traitement des dossiers en instance est en cours pour accélérer les procédures et éviter les lenteurs, sources de corruption.

Ensuite il y a un effort d'accessibilité et de transparence. Les décisions de la cour suprême seront désormais consultables sur son site web. Et pour couronner le tout, un kiosque d'information est ouvert au siège de la cour suprême. Tout cela suffira-t-il à éradiquer la corruption chronique qui gangrène tout l'appareil judiciaire depuis au moins cinquante ans? Le doute est permis.

Ne dit-on pas que la route de l'enfer est pavée de bonnes intentions? C'est bien de prendre des initiatives pour donner une certaine apparence sans aller au fond des problèmes. N'avait-on pas transformé les portes et fenêtres des bureaux des juges en baie vitrée à une certaine époque au nom de la transparence? Des années plus tard, la corruption reste indecrottable. Elle s'est même enracinée.

Il y a les intentions et les mesures qui vont avec. Elles seront complètement inefficaces si elles ne sont pas appliquées par des hommes et des femmes déterminées à lutter contre ce fléau. Ce qui n'est pas le cas exceptée une petite période où la volonté de lutter vraiment contre la corruption était affirmée par la personnalité du ministre de la justice elle-même et l'assainissement qu'elle a effectué à tous les niveaux de l'appareil judiciaire. Elle a coupé certaines branches pourries qui sont revenues aux affaires actuellement.

Les mesures seront ainsi vaines si les intentions ne sont pas matérialisées par des faits tangibles. Le fait est qu'il existe plusieurs abus qui éloignent la justice de ce noble objectif. Tant qu'il y aura des arrestations arbitraires, sans mandat et à des heures indues, des arrestations musclées, des extorsions d'aveu, des violences lors de l'enquête... il est difficile d'accorder un semblant de crédit à la justice. L'affaire se complique quand la justice elle-même conteste une décision du conseil d'État, donnant l'impression d'être un instrument au service d'un quelconque intérêt, contrecarre une décision du tribunal et ordonne une cassation, quand des criminels condamnés à des peines de perpétuité sortent de prison sans aucune formalité, quand des complices sont condamnés alors que les auteurs principaux sont libres...

Ce sont des faits inquiétants qui ont émaillé l'univers de la justice rien que cette année. Dans ces conditions il faut vraiment un effort herculéen pour redresser la barre et effacer cet enfer du décor par ce tableau de bonnes intentions.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X