Tchad: Le prix du mouton a compliqué la fête de la Tabaski

Cette année encore, la fête de la Tabaski est marquée par la pandémie, mais au Tchad, la principale préoccupation, c'est le prix du mouton, en forte hausse sur les marchés de la capitale par rapport aux années précédentes. Alors ce mardi, le matin de la Tabaski au Tchad, les Ndjamenois s'organisaient pour profiter de la fête malgré des budgets serrés.

C'est effervescence dans cette cour familiale du quartier Amriguébé. Zara est assises à ras le sol, couteau à la main, devant elle, plusieurs kilos de viande : « Je coupe le mouton avec mes sœurs. Cette partie-là c'est pour donner au voisin. Le reste c'est pour toute la famille, on coupe la viande pour bien la cuire. »

Malgré la joie, un sujet reste sur toutes les lèvres : le prix du mouton. « C'est très cher, c'est très cher : 35 000, 40 000, 45 000. Mais nous, dieu merci, on a trouvé. »

Chez le voisin, même préoccupation. Moussa Idriss a d'ailleurs son explication : « Normalement, s'il y a des pèlerinages, ils vont amener beaucoup de moutons, donc les prix baissent. Maintenant, comme il n'y a pas de pèlerinages, (il n'y a pas beaucoup) de moutons au marché, donc les prix ont un peu augmenté par rapport à l'année passée. »

À côté de lui, son ami a dû s'organiser cette année pour se payer un mouton : « On a économisé un petit peu chaque jour depuis la fin du ramadan, ça fait donc à peu près deux mois, car cette année, le mouton est vraiment très cher. On s'est même privé un peu de nourriture et d'autres dépenses pendant ces deux mois pour nous payer ce mouton. On en fait profiter nos amis qui n'ont pas pu se le payer. »

Un autre habitant nous confie que les portions de viande sont plus petites que les années précédente, ajoutant que l'essentiel, c'est de partager.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X