Ile Maurice: Augmentation du prix des pommes de terre de catégorie 1

communiqué de presse

Le prix plancher pour les pommes de terre de catégorie 1 a augmenté de Rs 2000 pour atteindre Rs 27 500/T. L'année dernière, le prix était de Rs 25 500/T. Cette mesure devrait apporter un soulagement conséquent aux producteurs locaux.

L'annonce a été faite aujourd'hui par l'Attorney General, ministre de l'Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, M. Maneesh Gobin, à Labourdonnais, Mapou, où il a officiellement lancé la saison de récolte de pommes de terre 2021 notamment la récolte de la production locale de pommes de terre, en particulier la variété 'Spunta'. Le ministre des Arts et du Patrimoine culturel, M. Avinash Teeluck, le directeur général de l'Agricultural Marketing Board (AMB), M. Gowkaran Oree, et d'autres personnalités étaient également présents.

Dans une déclaration, le ministre Gobin a souligné que la décision d'augmenter le prix plancher a été prise par son ministère en consultation avec l'AMB et le comité national sur la pomme de terre, principalement en raison de l'augmentation du coût du fret et de l'augmentation du taux de change du dollar américain ainsi que du coût de la main-d'œuvre.

Le ministre a indiqué que, cette année, le pays a été touché par des pluies torrentielles au cours des mois de mars et d'avril et que, par conséquent, la récolte de 2021 variera entre 60 et 65%. Les régions touchées par les pluies étaient La Marie, Glen Park, La Laura, St Pierre ainsi que les parties sud de l'île. La production et la qualité des pommes de terre sont toujours bonnes et les nouvelles variétés de pommes de terre telles que la 'Vigora' développée par le Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI) portent également leurs fruits, a-t-il déclaré.

Dans les prochains jours, a déclaré M. Gobin, la récolte commencera dans les régions de Glen Park, La Marie et Bigara où il y a de nombreux planteurs de pommes de terre. Il s'est dit confiant que la récolte de pommes de terre dépassera la barre des 70% dans les années à venir et que le pays réduira ses importations grâce à l'agro-transformation. Pour lui, Maurice ne peut pas continuer à importer 6000 à 6500 tonnes de pommes de terre congelées alors qu'elles peuvent être produites localement.

En ce qui concerne la sécurité alimentaire, le ministre a déclaré qu'en termes de production et d'agro-transformation, des pertes sont subies avant même la récolte en raison de la pluie. Alors qu'après la récolte, les légumes produits se détériorent rapidement car Maurice est une île tropicale, a-t-il dit. Cependant, il existe des techniques d'agro-transformation qui sont très simples et qui peuvent être adoptées à la maison, que ce soit pour les pommes de terre, les oignons ou les tomates, a-t-il souligné.

Le ministre Gobin a donc encouragé les petites entreprises et les particuliers à apprendre ces techniques dans les FAREI Model Farms à Mapou, Wootun et Rivière des Anguilles. Ces techniques, qui permettent de conserver les denrées alimentaires pendant au moins six mois, sont simples et ne nécessitent pas l'utilisation de produits chimiques, a-t-il souligné. C'est ainsi que l'on parvient à l'autosuffisance et qu'en période de sécheresse ou de fortes pluies, le besoin d'importer ne se fera pas sentir puisque les particuliers auront conservé ce qu'ils auraient produit quelques mois auparavant, a-t-il dit.

En outre, M. Gobin a rappelé que, comme annoncé l'année dernière par le Premier ministre, l'agro-transformation est désormais un pilier de la stratégie du pays en matière de sécurité alimentaire. Il a par ailleurs informé que la récolte des oignons est prévue ce samedi 24 juillet 2021 dans la région de Trou-d'Eau-Douce.

S'adressant aux planteurs à cette occasion, le ministre de l'Agro-industrie a évoqué la nécessité de réduire le gaspillage alimentaire lors de la production. La consommation de pommes de terre s'élève à 25 000/T par an avec une production locale de 11 000-12 000/T tandis que le reste est importé étant donné qu'il y a deux saisons de production. Citant un récent rapport du Programme des Nations Unies pour l'environnement, le ministre a fait remarquer que les estimations pour Maurice indiquent que les pertes alimentaires du pays s'élèvent à près de 100 000 tonnes par an. Ces gaspillages se produisent dans les champs, sont dus à des bactéries et à une mauvaise conservation de produits, ce dernier point pouvant être résolu par l'adoption de techniques agro-alimentaires simples, a-t-il ajouté.

Quant à M. Oree, il a indiqué que l'année dernière, les pommes de terre ont été achetées à des planteurs locaux à Rs 25 500/T et qu'ils ont fait valoir que les coûts de production, la main-d'œuvre, les herbicides et les engrais ont augmenté, c'est pourquoi le prix plancher a été augmenté de Rs 2000 cette année. Cela devrait augmenter la production locale et, en même temps, nous maintenons le prix des pommes de terre pour protéger à la fois les consommateurs et les planteurs, a-t-il déclaré.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X