Congo-Kinshasa: Survivre à son initiateur /Polydor Muboyayi - Serge Nseka encourage les journalistes de Le Phare à travailler avec amour et abnégation

Il est certes difficile d'accepter la disparition physique d'un proche, surtout quand il s'agit d'un mentor, d'un bouclier, mais la loi de la nature voudrait que l'on parachève la mission du départ, peu importe sa nature.

Partisan de cette dynamique, Serge Nseka, Coordonnateur et Responsable du "Journal de la Ville", interrogé à la Cathédrale Notre Dame du Congo le week-end dernier à l'issue de la messe de suffrage organisée en mémoire de l'Editeur du journal Le Phare, Polydor Muboyayi, décédé aux Etats-Unis le 26 juin 2021, estime qu'en sus de la mort qui a emporté le Géniteur, son œuvre grandiose qu'est Le Phare, a le devoir de persister. A ce titre, pense le Présentateur de l'émission "Rendez-vous des kinois", le personnel de cet organe laissé à la Nation congolaise par Polyfo, doit consentir plus que jamais d'énormes sacrifices dans le rendu de l'information aux fins de pérenniser les valeurs qu'incarnait le visionneur d'heureuse mémoire.

«La difficulté chez nous, est qu'après la disparition du leader, l'œuvre part. Nous souhaiterions que Le Phare continue parce que Le Phare fonctionnait indépendamment de la personne de son patron, Muboyayi. Que l'Esprit reste le même, que l'entreprise survive des générations en générations. Je pense qu'aujourd'hui Le Phare a les moyens intellectuels, matériels, même administratifs pour continuer.

Le tout dépendra de l'esprit avec lequel ceux qui vont rester travailleront. Qu'ils considèrent que c'est leur gagne-pain, qu'ils considèrent que c'est un instrument au service de la Nation. Je prie que cela continue», exhorte Serge Nseka qui, tout comme la famille éplorée ainsi que les travailleurs de Le Phare, regrette la disparition de l'Editeur Polydor Muboyayi, un des pionniers de la presse libre. «C'est parmi les aînés, nos papas qui ont ouvert la voie à cette presse libre aujourd'hui qui a joué un rôle important dans le processus de la démocratisation de notre pays.

Des gens qui ont pris le risque de créer des entreprises de presse dans des conditions assez difficiles. Et, plus de deux décennies après, l'entreprise est là», a indiqué le patron du journal de la ville. Pour lui, la jeunesse qui monte en puissance dans ce domaine de la Presse doit s'inspirer de cette figure emblématique qui, à sa manière, a beaucoup apporté dans le processus de démocratisation en République Démocratique du Congo.

«C'est à nous la jeunesse, nouvelle génération, de prendre l'exemple sur les anciens par rapport à la rigueur, la régularité, la constance et le respect dans le traitement et dans la manière de rendre les informations. C'est vraiment un hommage mérité à quelqu'un qui avait encore beaucoup à donner, mais le sort en a décidé autrement», a déclaré Serge Nseka.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X