Ethiopie: La guerre dans le Tigré s'élargit à d'autres forces

Une carte montrant la région Afar en Ethiopie.
21 Juillet 2021

Les forces spéciales et les milices de plusieurs régions d'Ethiopie se mobilisent pour soutenir les opérations militaires du gouvernement fédéral.

Les forces régulières d'Amhara - une grande région contiguë au sud du Tigré - combattraient aux côtés des troupes fédérales depuis que le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a lancé l'offensive militaire dans le Tigré en novembre dernier.

Trois autres régions auraient également déployé des forces à la frontière avec le Tigré pour soutenir le gouvernement et ses alliés. Il s'agit de l'Oromia, du Sidama et de la Région des Nations, nationalités et peuples du Sud.

Le système éthiopien

L'Ethiopie a un système fédéral, avec dix Etats régionaux qui sont largement basés sur l'ethnie. Chacun de ces Etats régionaux dispose de ses propres forces spéciales, ainsi que de milices locales.

Reste maintenant à savoir, quel sera l'atout militaire, ce qu'apporteront ces combattants régionaux. Pour Kjetil Tronvoll, professeur d'études sur la paix et les conflits à l'université de Bjorknes, en Norvège, "Les milices régionales sont essentiellement composées d'agriculteurs et de citadins, ayant reçu une kalachnikov et peut-être une formation très rudimentaire. On fait appel à eux maintenant parce que le gouvernement fédéral a besoin du plus grand nombre de personnes sur le terrain car la guerre a jusqu'à présent, décimé les forces fédérales. Et c'est là la tragédie : ces milices peuvent être perçues comme de la chair à canon. Et nous pouvons nous attendre à un taux de pertes très élevé" esxplique t-il.

Le Premier ministre, Abiy Ahmed, a demandé un soutien militaire régional après que le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), a repris le contrôle de la capitale régionale, Mekele.

Tous unis contre le TPLF

Melisew Dejene, universitaire éthiopien, dit ne pas être surpris de voir différentes forces de différentes régions s'unir pour défendre l'intérêt national. Pour lui,

"Le TPLF est devenu une menace pour la nation, suite à la loi et au décret adoptés par la Chambre des représentants, qui qualifient le groupe tigréen de terroriste. " Il pense donc "qu'il n'est pas surprenant de voir différentes forces de différentes régions se rassembler afin de défendre l'intérêt national. Les gens se rassemblent sous un seul drapeau, celui de la défense de leur nation, l'Ethiopie."

Un pays, une mosaïque d'ethnies

L'Ethiopie avec une population de plus de 110 millions d'habitants, compte plus de 80 groupes ethniques distincts. L'armée fédérale compte quelque 140.000 soldats.

Les troupes de l'Erythrée, voisine de l'Ethiopie, sont également présentes dans le conflit pour soutenir le gouvernement d'Abiy Ahmed.

Le dirigeant érythréen, Isaias Afwerki, est un ennemi juré du TPLF, qui dirigeait l'Ethiopie lorsque les deux pays se livraient une guerre frontalière.

Il y a quelques jours, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies, avait demandé le retrait rapide des troupes érythréennes du Tigré et aussi l'arrêt immédiat de toutes les violations des droits de l'homme dans le Tigré.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X