Afrique du Sud: Émeutes en Afrique du Sud - La pharmacie d'un Mauricien pillée

De nombreux commerces alimentaires comme non alimentaires ont été pillés, détruits, voire brûlés lors des émeutes de la semaine dernière dans deux provinces de l'Afrique du Sud, à savoir le Kwazulu Natal et Gauteng. Un Mauricien, dont la pharmacie se trouve à Durban, en a également fait les frais.

En effet, la pharmacie de Rajendraparsad Hurchund a été pillée et détruite. Celui-ci estime en moyenne ses pertes à Rs 3 millions. Depuis ces événements, le Mauricien se sent «triste et déprimé».

Rajendraparsad Hurchund, connu comme Satish, vit en Afrique du Sud depuis 1990. Il s'y est d'abord rendu comme étudiant en pharmacie. Après avoir obtenu son diplôme, il a effectué son internat dans une pharmacie. Quatre ans plus tard, Satish Hurchund a pu ouvrir sa pharmacie. C'était son gagne-pain mais aussi sa fierté.

«Le carnage a commencé le lundi 12 juillet», confie ce père de trois enfants. «Le KwaZulu-Natal et Gauteng ont été assiégés par des pillards, qui visaient principalement les centres commerciaux et industriels afin de paralyser l'économie.» Environ 160 centres commerciaux ont été pillés et détruits dans les deux provinces susmentionnées.

Le centre commercial abritant la pharmacie de Satish Hurchund, le Workshop Shopping Centre, a été la cible d'émeutiers. «Tous les magasins ont été cambriolés et pillés et quatre d'entre eux ont été incendiés et complètement vidés de leur contenu. Les pompiers sont arrivés à temps pour contenir les flammes, autrement, le centre commercial en entier aurait été réduit en cendres», raconte notre compatriote.

C'est dans la nuit du mercredi 14 juillet qu'un de ses clients l'a appelé pour lui signaler que le centre commercial était la proie des flammes. Lorsqu'il s'est rendu sur place pour effectuer un constat, il a été choqué : les portes avant et arrière avaient été fracassées, les distributeurs de cartes de crédit détruits et vidés, les caisses enregistreuses aussi, les caméras de vidéosurveillance brisées, les réfrigérateurs, ordinateurs de distribution, photostats abîmés et un grand nombre de médicaments volés.

Les autorités ont bouclé le périmètre autour du centre commercial. «Les ingénieurs structurels et électriques doivent donner leur feu vert avant que les locataires ne puissent entrer et commencer le nettoyage», explique notre interlocuteur. «À mon avis, il faudra au moins six semaines avant que le centre commercial ne soit en mesure de reprendre ses activités. Il m'a fallu beaucoup de temps pour mettre en place mon entreprise et maintenant, je dois recommencer à zéro. J'espère que ces comportements irrationnels ne se reproduiront pas à l'avenir».

Satish Hurchund ne s'avoue pas vaincu pour autant car il a un portefeuille conséquent de clients. «Au fil des ans, j'ai établi de bonnes relations avec mes clients. Ils ont besoin de mes services. Je ne compte pas les abandonner.»

Plus de: L'Express

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X