Madagascar: Intervention d'urgence dans le Sud - Le projet Mionjo et ses partenaires se mobilisent

Un mois et une semaine à peine après le colloque régional, initié par le président de la République Andry Rajoelina, des travaux ont permis d'identifier les projets urgents à entreprendre dans le Sud de la Grande île. Le projet « Mionjo, appui aux moyens de subsistance résilients dans le Sud de Madagascar », piloté par le ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation et financé par la Banque Mondiale, se mobilise à travers des activités d'urgence pour venir en aide aux populations des régions Androy et Anosy en proie à la famine et à la sécheresse. Le projet a alloué un budget de 12 millions de dollars pour enclencher son mécanisme d'intervention d'urgence. Ce dispositif, opéré en partenariat avec le MAEP et le MEAH et mis en œuvre avec l'assistance technique de l'UNICEF et de la FAO, permettra de mettre en œuvre des actions visant à rétablir le plus rapidement possible la situation socio-économique des populations.

Le gouverneur de la Région Androy, Soja Tsimandilatse Lahimaro a insisté sur l'intérêt pour les responsables locaux de bien définir leurs priorités. « Il s'agit d'un projet du gouvernement Malagasy, c'est à nous d'en dresser les grandes lignes, les partenaires techniques sont là pour nous épauler », a-t-il souligné.

Une série d'ateliers régionaux est ainsi organisée à Ambovombe et à Tôlagnaro afin de garantir une meilleure appropriation du mécanisme d'aide d'urgence CERC du projet Mionjo. Cette démarche vise également à mieux cerner les problématiques des populations de ces régions et d'assurer une meilleure efficacité des actions menées au sein des communautés. A ce propos, le coordonnateur national du projet Mionjo, Anjara Manantsara, a fait savoir que vu le nombre d'intervenants et d'interventions dans cette partie du pays, une mise en cohérence, une coordination et une synergie des actions s'avèrent nécessaires. Elle avance que des ajustements seront opérés par rapport aux interventions initialement définies et aussi concernant le zonage des actions à entreprendre. « Un meilleur ciblage des bénéficiaires et une prise en compte des acteurs locaux dans l'identification des priorités garantiront également un impact accru au sein des communautés », précise-t-elle.

A rappeler qu'à travers le mécanisme CERC, le MID, le MAEP, MEAH à travers le projet Mionjo, avec l'appui technique de l'UNICEF, entendent entre autres distribuer de l'eau potable à 45 000 personnes, à travers quatre camions citernes, et reconvertir 70 points d'eau à usage multiple pour permettre aux populations des localités concernées de s'en servir pour leurs consommations quotidiennes en eau potable et pour les besoins de leurs cultures et de leurs élevages. Il sera également question, avec l'appui technique de la FAO, de mettre en œuvre l'approche Cash + en faveur de 50 000 ménages (distribution de cash, de semences de base et petits matériels avec des renforcements de la capacité productive) et de renforcer les dispositifs de sécurisation semencières, de sécurisation animale et végétale.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X