Madagascar: Produits maraîchers - Les tomates pourrissent sur place

C'est la saison des tomates. Elles abondent mais ne trouvent pas preneurs et pourrissent sur place. Un seau de 10 litres de ces fruits est vendu à seulement 1000 ariary dans la commune de Milenaka, district de Toliara II. Il fut un temps où des coopératives ont été mises en place afin de les transformer en tomates en boîte.

Mais un changement de régime a fait tomber à l'eau le beau projet et depuis les tomates sont vendues à très bas prix dans cette localité d'Atsimo Andrefana.

À Andina Ambositra, région Amoron'i Mania, une soubique de tomates de 8 à 10kg est proposée à 2000 ariary. Des agriculteurs disent pourtant payer l'engrais à 4000 ariary le kilo. « Ce qui fait qu'il faut vendre 20kg de tomates pour rattraper le prix du kilo de NPK » témoigne Henri Randrianasolonjahary, promoteur d'un champ-école à Andina, Ambositra.

« Demander à accéder vers d'autres marchés n'est pas la solution vu que les tomates poussent partout. La seule solution est la transformation de ces produits maraîchers, en tomates en boîte, en jus, en ketchup » poursuit-il. AmbatoBoeny a été transformateur de tomates en boîte dans les années 80-90. Mais les « Madco » n'ont pas résisté longtemps aux importations massives venant d'Égypte. Un investissement intéressant à voir, avec les facilités proposées par l'État avec les ODOF (One district One factory).

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X