Madagascar: Consommation - Le prix du riz peine à baisser

La disponibilité d'un stock de près de 40 000t de riz pour Toliara n'entraîne pas encore une baisse du prix. Le kapoaka du riz sur les étals s'achète toujours à 700 ariary.

Le prix du gobelet du riz importé lequel est moins cher que le local stagne à 700-750 ariary. Un prix resté inchangé depuis le mois de février. L'approvisionnement de la denrée est indiqué être stable pour Atsimo Andrefana malgré le contexte international de la pandémie. La direction régionale de l'Industrie, du commerce et de l'artisanat (DRICA) Atsimo Andrefana a procédé à un contrôle de stock auprès de quelques dépôts de la ville de Toliara. « 30 000t de riz sont disponibles et 12 000t sont encore prévues débarquer au port de Toliara incessamment. Nous n'aurons pas de problème de stock dans les cinq prochains mois » a rassuré Heriniaina Roland Rakotosolofo, directeur régional de l'Industrie, du commerce et de l'artisanat.

La DRICA fait savoir qu'elle n'intervient pas dans la baisse ou la hausse du prix du riz et des PPN en général, mais a pour mission de contrôler la conformité du prix de vente sur le marché selon la facture d'achat et la facture de vente des opérateurs. Le prix du sac connaît pourtant une baisse.Le sac de 50kg s'achète à 92 000 ariary depuis le week-end dernier contre 102 000 ariary auparavant. « Le prix du riz affiche une baisse variant entre 5 000 et 10 000 ariary par sac, ce qui devrait normalement impacter le prix de vente sur le marché. Nos commissaires et contrôleurs de commerce vont procéder à des contrôles de l'application de cette baisse dans les prochains jours » a ajouté le directeur.

Chère

La baisse de prix est motivée par la disponibilité et la multitude de l'offre. Mais hier, le prix du kapoaka du riz n'a pas encore bougé auprès des détaillants de Toliara. Le riz importé coûte entre 700 et 750 ariary et le riz local, « vary gasy » s'achète à 800 ariary. Atsimo Andrefana approvisionne les régions Ihorombe et Androy en riz. Et la quantité disponible actuellement à Toliara pourrait satisfaire les demandes des deux autres régions pendant au moins cinq mois également.

Toujours est-il que le prix du riz n'est plus à la portée de toutes les franges de la population. Avec le déficit d'emploi et de travail, ainsi que le faible pouvoir d'achat, de nombreuses familles dans la région Atsimo Andrefana ne mangent pas à leur faim. « Manger du riz devient un luxe. Nous ne pouvons nous le permettre qu'une fois toutes les semaines ou deux semaines» témoigne Mara Jaily, mère de quatre enfants habitant le quartier de Betela. Le kilo de sucre s'achète à 3 500 ariary dans certains endroits et les périphéries. L'huile cachetée produite à Toamasina coûte 8 000 ariary en moyenne. L'huile importée est proposée à 13 500 ariary le litre. « 6 400t de sucre, 451 tonnes de farine et 18 660 bidons d'huile sont en réserve » rassure la DRICA Atsimo Andrefana.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X