Gabon: L'opération libérer les trottoirs ou jeux de chat et à la souris

22 Juillet 2021

Comme on a coutume de dire : « quand le chat n'est pas là, les souris dansent ». C'est plus au moins ce qui se passe entre les agents de la marie, ceux des forces de l'ordre et les commerçants du grand Libreville.

En effet, lancé au tour de 4h du matin le 20 juin dernier, l'opération libérer les trottoirs continue de susciter une attention particulière. Et ce, principalement du fait que les commerçants qui vendaient à ces différents endroits se trouvent aujourd'hui expulsés et n'ont jusqu'à lors aucun endroit où vendre leurs produits.

Ces derniers n'arrivent plus à subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles. Déjà qu'avoir un emploi devient de plus en plus difficile. C'est donc au regard de cela qu'ils se prêtent à un jeu de « chat à la souris » avec les autorités compétentes, en vendant dans ces endroits où ils ont été expulsés sans autorisation.

Il n'est pas rare de les voir fuir marchandise en main quand les agents de force de l'ordre ou ceux de la marie arrivent. Il faut tout de même préciser que cette situation est d'autant plus persistante du fait que ces commerçants n'ont jusqu'à lors pas trouvé d'endroit où vendre.

Cette situation risque donc de perdurer à moins qu'une solution ne soit trouvée pour ces derniers. Le jeu n'est donc pas prêt de prendre fin.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X