Congo-Brazzaville: Centre national d'informations économiques - De meilleures performances attendues des gestionnaires

Créé en octobre 2018, le Centre national d'informations économiques et de conseils en gestion (CNIECG) œuvre pour l'amélioration du climat des affaires et le soutien au secteur privé local. Mais la tutelle lui réclame davantage d'efficacité afin d'atteindre l'objectif de stimulation des secteurs hors pétrole.

Né des cendres du Centre national de gestion, le CNIECG continue sa montée en puissance, avec l'installation des organes statutaires. La désignation des quinze membres censés composer le comité de direction est en cours, de même qu'un plan de renforcement des capacités des cadres internes pour combler le déficit du personnel qualifié.

L'état des lieux de la structure étatique a été dressé, le 21 juillet, au cours d'une séance de travail entre les dirigeants du CNIECG et la ministre de l'Économie, du Plan, de la Statistique et de l'Intégration régionale, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas. La centrale de bilans économiques des entreprises congolaises a besoin de financement pour mieux se déployer, a signifié Pascal Hervé Ndongo, le directeur général du CNIECG.

« Aligné au Plan national de développement 2018-2022, le CNIECG doit être un centre d'expertise et de référence de l'État en matière de conseils en management, d'information et de formation professionnelle en République du Congo (... ) Pour cela, le gouvernement doit l'aider en le dotant des équipements de pointe et moyens de fonctionnement », a plaidé Pascal Hervé Ndongo.

Il faut rappeler que le CNIECG est un établissement public à caractère administratif doté de la personnalité morale d'autonomie financière. Sa principale mission est de centraliser le bilan des entreprises installées au Congo, d'assister les établissements publics, les entreprises privées, et les collectivités locales dans le domaine de la gestion et de l'organisation. Il constitue une véritable banque de données économiques et financières sur les entreprises.

La ministre de l'Économie qui visitait les structures sous tutelle, dont la direction générale de l'Économie, a promis des séances de travail "B to B" entre les différentes directions, afin de permettre une mise à niveau des informations et mobilisation des ressources financières pour traiter les questions liées au fonctionnement de ces administrations.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X