Afrique: La pandémie de Covid-19 ralentit en Afrique après huit semaines de hausse rapide

22 Juillet 2021

Après huit semaines consécutives d'augmentation rapide, les nouveaux cas de Covid-19 en Afrique ont ralenti, entraînés par une forte baisse en Afrique du Sud, qui représente la majeure partie des cas signalés sur le continent, selon de nouvelles données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l'Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici.Pour les nouvelles quotidiennes d'ONU Info, cliquez ici.

Le nombre de nouveaux cas en Afrique a diminué de 1,7% pour atteindre près de 282.000 au cours de la semaine se terminant le 18 juillet. Pourtant, la suppression des données de l'Afrique du Sud, qui représente 37% de ces cas, révèle une augmentation unique et ininterrompue de neuf semaines, a précisé la branche régionale de l'OMS en Afrique.

Le pic actuel est 80% plus élevé que le pic précédent de l'Afrique lorsque les données de l'Afrique du Sud sont exclues. Sans les données d'Afrique du Sud, les cas ont augmenté de 18% en Afrique pour atteindre plus de 182.000 au cours de la semaine se terminant le 18 juillet.

« Ne vous faites pas d'illusions, la troisième vague de l'Afrique n'est absolument pas terminée. Ce petit pas en avant offre de l'espoir et de l'inspiration mais ne doit pas masquer la vue d'ensemble de l'Afrique », a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, lors d'une conférence de presse.

De nombreux pays sont toujours confrontés au risque le plus élevé et la troisième vague en Afrique a augmenté plus rapidement et est plus élevée que jamais. « Les célébrations de l'Aïd que nous avons célébrées cette semaine pourraient également entraîner une augmentation des cas. Nous devons tous doubler les mesures de prévention pour tirer parti de ces gains fragiles », a prévenu la Dre Moeti.

Vingt et un pays africains ont vu les cas augmenter de plus de 20% pendant au moins deux semaines consécutives - ce qui représente une augmentation de trois pays par rapport à la semaine précédente - et le variant Delta hautement transmissible a été trouvé dans 26 pays africains. Le variant Alpha est présent dans 38 pays et Beta dans 35. Les gains de l'Afrique du Sud restent incertains car les manifestations ont perturbé la réponse du pays, y compris la surveillance et les tests des maladies. Des rassemblements de masse violents pourraient également déclencher une nouvelle augmentation des cas.

Intensifier les vaccinations

Cela survient alors que l'OMS exhorte les pays africains à intensifier d'urgence les vaccinations contre la Covid-19 alors que la pression sur les expéditions de vaccins s'atténue. Environ 60 millions de doses devraient arriver dans les semaines à venir en provenance des États-Unis, de Team Europe, du Royaume-Uni, et d'autres partenaires via le mécanisme COVAX. Plus d'un demi-milliard de doses sont attendues par le biais de COVAX rien que cette année.

« Un afflux massif de doses signifie que l'Afrique doit tout mettre en œuvre et multiplier par cinq à six le déploiement des vaccins si nous voulons mettre toutes ces doses dans les bras et vacciner complètement les 10% d'Africains les plus vulnérables d'ici fin septembre », a déclaré la Dre Moeti.

Près de 70% des pays africains n'atteindront pas l'objectif de vaccination de 10% pour tous les pays d'ici fin septembre au rythme actuel. Environ 3,5 millions à 4 millions de doses sont administrées chaque semaine sur le continent, mais pour atteindre l'objectif de septembre, cela doit passer à 21 millions de doses au moins chaque semaine.

À ce jour, seulement 20 millions d'Africains, soit 1,5% de la population du continent, sont complètement vaccinés et seulement 1,7% des 3,7 milliards de doses administrées dans le monde ont été administrées en Afrique. Les pays à revenu élevé ont administré 62 fois plus de doses par personne que les pays à faible revenu.

La Banque mondiale estime qu'en plus des 9,5 milliards de dollars nécessaires pour acheter suffisamment de vaccins pour assurer une protection adéquate contre la Covid-19, 3 milliards de dollars supplémentaires sont nécessaires pour financer les opérations.

« Les pays doivent intensifier leurs opérations, leurs investissements sur les coûts opérationnels et s'attaquer à la confiance dans les vaccins. Les pays ont besoin de suffisamment de sites de vaccination et d'agents de santé, d'un stockage suffisant des vaccins, ainsi que d'un transport et d'une logistique adéquats pour la distribution », a déclaré la Dre Moeti.

Lutter contre la mésinformation et la désinformation

Pour stimuler l'adoption des vaccins, les pays africains doivent lutter contre la peur des effets secondaires qui sont les principaux facteurs de la réticence des gens à se faire vacciner. Cela inclut l'utilisation de dirigeants politiques et traditionnels comme champions des vaccins, les efforts de mobilisation communautaire et la lutte contre la mésinformation et la désinformation sur les médias sociaux.

L'OMS travaille avec les pays africains pour mieux planifier et évaluer les processus opérationnels et de livraison afin de soutenir la deuxième phase du déploiement des vaccins anti-Covid-19.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X