Madagascar: Attentat contre Andry Rajoelina - Condamnation unanime du Parlement

Andry Rajoelina, président de la Transition

Les deux patrons du Parlement confirment leur soutien au président de la République.

Il fallait s'y attendre. Le Parlement a uni sa voix pour dénoncer l'attentat qui vise le président de la République. Hier, les parlementaires, d'Anosy comme à Tsimbazaza, sont sortis de leur silence pour marquer un soutien indéfectible à Andry Rajoelina.

« Nous condamnons le projet d'atteindre l'intégrité physique du président de la République et de plusieurs hautes personnalités », a dénoncé Herimanana Razafimahefa, hier, aux côtés des sénateurs. Une telle machination ne peut qu'être condamnée « avec force » par le bureau permanent de l'Assemblée nationale, réuni hier autour de sa présidente, Christine Razanamahasoa, devant la presse. La condamnation est aussi partagée par le parti IRD.

Bloc. Députés comme sénateurs, mais également le parti majoritaire dans les deux Chambres, font donc bloc derrière le président de la République. « Nous l'encourageons à poursuivre les efforts de développement durable en privilégiant les ressources locales », a martelé le président de la Chambre haute. « Nous réitérons notre soutien au président de la République et encourageons sa famille à faire face aux responsabilités qui l'attendent », a annoncé, quant à elle, la maîtresse du perchoir à Tsimbazaza.

Volontaires. Mais, l' « efficacité » des forces de l'ordre dans cette affaire n'a pas échappé aux observations des parlementaires. « Les résultats sont palpables » pour les forces de l'ordre, ont noté les députés. Le Sénat, quant à lui, a félicité la réaction de la justice et la vigilance des forces de l'ordre malgaches qui ont pu déjouer ce projet d'attentat. Les députés parlent et remercient les « autres volontaires » qui ont concouru à faire capoter l'attentat alors que la « collaboration » et le concours de service de renseignement étranger s'ébruitent dans ce dossier.

Restitution. Le Sénat, quant à lui, s'est démarqué par rapport à ses collègues de la Chambre basse. Les locataires d'Anosikely n'ont pas manqué, hier durant leur déclaration, d'encourager également le président de la République à « revendiquer la restitution des îles éparses ». Ce dossier qui a fait couler beaucoup d'encre, a fait baisser la température de la relation diplomatique franco-malgache. Les parlementaires qui ne veulent entendre d'autres options autre que la restitution de ces îles sur le canal de Mozambique sont indignés face aux récentes décisions de la France concernant ces îles.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X