Burkina Faso: Planification - La prévalence contraceptive moderne est passé de 28% en février 2020 à 32% en mars 2021

23 Juillet 2021

Le ministère de la santé a procédé ce lundi 19 Juillet 2021à Ouagadougou à l'ouverture officielle de l'atelier national de dissémination des résultats du Round 8 du projet PMA sur la planification au Burkina Faso. Cette étude a été menée par l'ISSP grâce à l'accompagnement et le soutien financier de la fondation Bill and Melinda Gates et l'ONG JHPIEGO.

Le Burkina Faso occupe le premier rang des neuf pays du Partenariat de Ouagadougou en matière de planification familiale. Les résultats satisfaisants de la première phase du projet PMA (menée entre 2014-2018) ont motivé la fondation Bill and Melinda Gates à s'engager de nouveau pour le financement d'une seconde phase du projet PMA couvrant la période 2019-2022.

C'est à l'issue de cette 2e phase que l'institut supérieur des sciences de la population a tenu un atelier afin de présenter les résultats de cette étude aux acteurs de la santé sexuelle et reproductive.

Le présent atelier avait donc pour objectif de permettre aux acteurs de développement en particulier du domaine de la santé de s'approprier les résultats de la 2e étape du projet PMA. Ladite phase a connu la réalisation de deux rounds : le round 7 mené de décembre 2019 à février 2020 et le round 8 mené de novembre 2020 à mars 2021. Les résultats de ces deux rounds ont été jugés satisfaisants.

En effet, la prévalence contraceptive moderne est passé de 28% en février 2020 à 32% en mars 2021.

Des résultats qui confirment non seulement l'objectif national de 32% de prévalence contraceptive qui était attendu à l'horizon 2020, mais surtout contribue à l'atteinte de l'axe 2 du plan national de développement économique et social (PNDES). Une performance qui contribue à rehausser l'image du Burkina Faso dans la sous-région. Depuis son lancement en 2013, la plateforme PMA a permis de conduire 08 éditions d'enquêtes annuelles.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X