Liberia: UN Survivant Raconte Son Cauchemar Après Le Naufrage d'Un Navire

Le seul survivant parmi les neuf employés du West AfricanExamination Council qui se trouvaient à bord du navire NIKO IVANKA qui a faitnaufrage tard samedi 17 juillet 2021 près de la côte de Marshall City dans le comté de Margibiraconte son épreuve.

« C'est par la grâce divine de Dieu et non par aucun effort humain que j'y suis parvenu et je prie aussi pour que la même grâce par laquelle j'ai réussi s'étende à mes collègues qui n'ont pas encore été trouvés, qu'ils les trouvent », a dit M. Raymond C. Young sur Joy Fm 101.5 le mercredi 21 juillet 2021 à Monrovia par téléphone.

« Nous sommes arrivés à la perle vers 16 heures. Le navire transportait beaucoup d'articles assortis d'après ce que j'ai remarqué, il y avait du ciment, ces sacs géants de Cemeco. Quand j'ai demandé à l'un des membres d'équipage, il a dit qu'ils avaient chargé environ sept de ces camions à bord. Il y avait du riz, deux transformateurs de la LEC, pas ceux sur les poteauxélectriques, mais les gros qu'on met par terre. Il y avait des tôles, quatre barils de carburant et d'autres articles assortis », a-t-il dit.

M. Young a dit qu'ils ont décollé du port de Monrovia le samedi matin 17 juillet 2021 à 7h et 01mn, heures de Monrovia. Ils ont navigué en douceur au départ, observant les caractéristiques de la zone de Monrovia. « Vous pouviez voir l'ambassade américaine, le palaisprésidentiel, JFK. Soudain, quelqu'un a signalé que le moteur s'était éteint. »

Il a poursuivien disant : « Après la panne du moteur, l'équipage a apporté un lourd générateur [diesel] qui a été utilisé pour poursuivre le voyage, mais une atmosphère de malaise s'est emparéede tout le monde à bord, quelque chose de sinistre se profilait.

« La photo que j'ai envoyée dans notre chat room, c'était un navire très rustique ; le processus d'embarquement sur le navire lui-même était donc très risqué ; la chance de tomber même dans la perle était très probable », a-t-il expliqué.

Les membres du personnel du WAEC transportaient les sujets d'examen dans le comté de Maryland et dans d'autres parties du sud-est du Libéria lorsque le navire a fait naufrage.

«Alors que nous commencions à partir, nous avons commencé à voir ces points de repère, mais malheureusement, à mesure que nous approchions de Marshall, le temps commençait à devenir mauvais. Il y avait d'énormes vagues. Donc vers 2 heures du matin dans la zone de Marshall le capitaine a commencé à diriger le bateau en haute mer, orà environ 87 degrés - car j'ai enregistré ça sur mon smartphone-", a-t-il dit.

« Au bout d'un moment, une dame à bord a lancé l'alarme comme quoi de l'eau entrait dans le navire. Elle a donc demandé à une personne allongée également à bord dont le père serait le directeur du port de Harper de lui remettre son téléphone.Alors, la dame a dit qu'il y a de l'eau dans le navire, puis l'autre gars a dit que c'est pourquoi je n'aime pas mettre une femme sur le navire. J'ai dit :"mon cher, calme-toi avant de faire peur aux gens", mais elle a dit non et elle a pointé du doigt, il y avait unefuite sur le côté du récipient et de l'eau a commencé à pénétrer », a-t-il dit.

Il a dit qu'à ce moment-là, tout le monde était tendu et un gars a immédiatement porté son gilet de sauvetage, mais ceux achetés par le bureau WAEC de Monrovia pour son personnel étaient de simples gilets réfléchissants, plus légers que le gilet de sauvetage réel.

"Ils avaient 12,5 kilogrammes donc si vous êtes étudiants en sciences, vous vous rendez compte qu'il ne peut maintenir un homme adulte", a-t-il dit, faisant référence au gilet qu'on leur a remis qui ne peuvent même pas être utilisés dans une piscine, parce qu'ils ne sont pas des gilets de sauvetage normalement utilisé en cas d'urgence à bord d'avionsou de navires.

Young a dit qu'à ce moment-là, lorsqu'il s'est tourné à sa droite, il a vu tout l'océan engloutir le navire et les sacs de ciment à bord ont commencé à glisser vers eux. Ainsi il a immédiatement sauté du navire sur un morceau de planche et est tombé à l'eau, se battant pour sa vie tandis que ses collègues de WAEC et d'autres passagers sont restés à bord.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X