Cameroun: Ciment, fer à béton et tôles - Comment stopper la flambée

Lors d'une concertation entre le ministre du Commerce et les opérateurs le 21 juillet dernier, des solutions ont été envisagées pour revoir les prix à la baisse.

Le marché des matériaux de construction (ciment, fer à béton et tôles de couverture) broie un peu du noir en ce moment. Il faut dire que les prix se sont envolés. Hier au quartier Mvog- Mbi à Yaoundé, ces produits sont presque inexistants dans les quincailleries. La majorité de quincaillers expliquent pourtant avoir passé des commandes, mais jusqu'ici, rien n'a été livré. Il n'y a pas de ciment, ni de tôle, encore moins de fer à béton.

D'après Hilaire Kaptue, responsable d'une grande quincaillerie, cela fait presque deux semaines que ces matériaux sont aux abonnés absents et même lorsqu'il y en a, les prix sont élevés. Le quincailler explique alors que le fer à béton de 6 mm coûtait 1600 F au lieu de 1200 F, celui de 8 mm est vendu à 2950 F alors qu'il valait 2200 F. Le fer de 10 mm qui était proposé à 3600 F vaut aujourd'hui à 4520 F et le fer de 12 mm est aujourd'hui vendu à 6450 F au lieu de 5900 F. Vanessa Olinga, responsable d'un autre magasin dit avoir un petit stock d'une centaine de sacs de ciment. Le sac de 50kg de Cimencam coûte 4700 F et le Miraco est vendu à 5000 F. Au quartier Mvan, on trouve du ciment, bien que les prix soient élevés. Ces deux marques de ciment sont vendues aux mêmes prix.

Pour ce qui est du prix du fer béton, il peut atteindre 7200 F en moyenne, selon la dimension. Les magasins situés au quartier Mokolo sont un peu plus chers. Le sac de ciment y est vendu à entre 5200 F et 5300 F. Le fer à béton de même que la tôle de couverture subissent également le renchérissement des prix. Les petits détaillants expliquent cette hausse des prix par la rareté du produit. Sylvain Tchatchoua, autre responsable de quincaillerie, croit savoir que les grossistes cachent un stock de matériaux dans leurs magasins et ne l'écoulent qu'au compte-gouttes.

Lors des concertations que le ministre du Commerce (Mincommerce) Luc Magloire Magloire Atangana a eues avec les responsables de ces filières, il a rassuré les consommateurs quant au retour des prix de tous ces produits à la normale. Le ministre a expliqué que le marché international était en proie à des difficultés qui sont des conséquences de la pandémie de coronavirus. L'explosion de l'essentiel des matières premières à l'importation et l'implosion des coûts de transport maritime, ainsi que les taux de fret maritime en direction de l'Afrique ont été pratiquement multipliés par trois.

Tout cela se traduit par un renchérissement des prix sur les différents marchés, et pas seulement au Cameroun. Pour résorber le problème de tôles, Roger Nouanemo indique que les chiffres d'Allucam et certains importateurs devraient être disponibles au cas où la couverture n'est pas optimale, il faudra permettre à ce opérateurs , responsable à la quincaillerie Quiferou indique qu'il été convenu que les prix ne seront pas augmentés et que les négociations se poursuivent au Mincommerce .

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X