Cameroun: Filière porcine - Sous haute surveillance !

Les gouverneurs des régions de l'Ouest et du Nord-Ouest viennent d'interdire la commercialisation du porc sur leurs territoires respectifs pour contenir la peste porcine africaine.

Des mesures sanitaires sont entrées en vigueur le 16 juillet dernier dans les élevages de la région de l'Ouest Cameroun par un arrêté du gouverneur Augustine Awa Fonka, interdisant les marchés de commercialisation, la circulation et le transport des porcs et des sous-produits des fermes porcines. A sa suite, son homologue de la région du Nord- Ouest, Adolphe Lele Lafrique a aussi pris des mesures conservatoires pour protéger la filière porcine.

Une décision qui vise à restreindre, voire à limiter les méfaits de la peste porcine africaine (PPA) qui sévit depuis quelques semaines dans la partie méridionale du pays et principalement dans ces deux régions. Une nécessité, l'objectif commun visé par l'Etat et l'interprofession, étant d'endiguer au plus vite cette maladie qui affecte les cheptels locaux.

En effet, c'est depuis mars dernier que l'interprofession et l'administration ont constaté des mortalités consécutives dans plusieurs exploitations. Les prélèvements effectués ont prouvé qu'il s'agissait de la PPA, une maladie hémorragique hautement contagieuse qui décime le cheptel porcin. « Au regard de ces résultats, le ministre en charge de l'élevage, Dr Taïga a d'abord pris des mesures conservatoires pour un mois, mais rien n'a changé.

Le gouverneur a donc pris cette mesure au risque de voir tout le cheptel de l'Ouest totalement décimé », indique un éleveur pour qui cette mesure ne peut être que bienvenue, à condition que tout le monde la respecte. « comme il s'agit d'une zoonose, on pourra circonscrire la maladie dans des sites précis, l'isoler et la neutraliser au plus dans un mois », assure Bernard Souop Nguetchouessi, président de l'interprofession porcine de la région de l'Ouest.

Le responsable régional de l'interprofession porcine invite donc les producteurs et les autres acteurs de la filière (éleveurs, commerçants, bouchers, braiseurs) au respect strict des mesures de biosécurité. Au sein de l'interprofession qui regroupe tous ces acteurs, il a été proposé comme action de force que chaque président, dans sa corporation fasse des efforts, pour le respect des mesures de biosécurité, en évitant d'éparpiller les carcasses qui sont la principale source de contamination des autres élevages .

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X