Ile Maurice: Mort de Kistnen - La police n'aurait-elle pas remis certains documents au DPP ?

Y aurait-il eu manque de coopération de la police dans l'affaire Kistnen ? Un rapport tant attendu du Forensic Science Laboratory (FSL), qui ferait état de la présence de traces de certains objets se trouvant près de ou sur le corps de Soopramanien Kistnen lorsqu'il a été retrouvé, n'aurait pas été remis. Ni à l'enquête judiciaire présidée par la magistrate Vidya Mungroo-Jugurnath, ni au Directeur des poursuites publiques (DPP).

Sollicité, un enquêteur nous a donné cette réponse quelque peu ahurissante : «Le rapport existe bien et il trouve ainsi que d'autres documents dans le dossier de la police, aux Casernes centrales. Ils seront remis remis au DPP à la fin de l'enquête policière.» Qu'en est-il du DPP qui prépare actuellement son dossier à la suite de l'enquête judiciaire, n'aurait-il pas besoin de ce rapport ? «Si le DPP en a besoin, il n'a qu'à nous écrire pour en faire la demande.»

Contacté, Me Roshi Bhadain, l'avocat de Koomadha Sawmynaden, nous a déclaré que «c'est tout une organisation pour protéger ceux qui ont tué ou commandité ce meurtre. L'enquête judiciaire a démontré l'implication de certaines personnes du pouvoir. Maintenant, c'est tout le cover-up qui est mis au jour... » L'homme de loi a aussi félicité le bureau du DPP, qui a pu faire conclure que Kistnen ne s'est pas suicidé. Pour Rama Valyden, c'est très grave puisqu'il y a eu rétention délibérée de preuves par la police.

«Nous sommes convaincus de notre côté que la police fait tout pour donner une autre direction à cette enquête que celle indiquée par l'enquête judiciaire.» Par ailleurs, nous avons aussi téléphoné au FSL. Une préposée nous a indiqué que pour toute information concernant le FSL, il faudrait que nous nous adressions au... Prime Minister's Office. Ce dernier nous a redirigés vers le ministère de Rodrigues qui, nous a-t-il dit, s'occupe du FSL. Lequel ministère ne nous a simplement pas répondu.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X