Maroc: Vague d'indignation après la diffusion de vidéos de Souleymane Raissouni en prison

La diffusion de vidéos du journaliste Souleymane Raissouni, filmé presque nu à son insu dans une prison marocaine, a provoqué une vague d'indignation dans le pays.

Condamné à cinq ans de prison pour « agression sexuelle », le journaliste a été filmé à son insu. Sur ces images diffusées par la direction générale de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion marocaine, on aperçoit le journaliste Souleymane Raissouni, presque nu.

Selon sa femme, Khouloud Mokhtari, il s'agit d'une réaction de la part des autorités pénitentiaires au communiqué de la Coalition marocaine des instances des droits humains qui s'est inquiétée de l'état de santé de Souleymane Raissouni et avait demandé son hospitalisation sans tarder. La dernière fois que le journaliste marocain est apparu devant la cour, le 10 juin, il marchait en titubant, son corps amaigri et la peau sur les os. Selon son épouse, ces vidéos non datées sont anciennes.

Les vidéos sont très anciennes parce que je suis aller voir Souleymane il y a même pas un mois et sa situation s'est détériorée par rapport aux vidéos

Khouloud Mokhtari, épouse de Souleymane Raissouni

Houda Ibrahim

Le journaliste mène une grève de la faim depuis 107 jours pour affirmer son innocence. Ses soutiens et ses proches dénoncent un « procès politique ». « Nous demandons instamment que Raissouni soit libéré dans l'attente d'un procès en appel. Après une grève de la faim aussi longue, il y va de sa survie. Il mérite un procès équitable », a plaidé samedi dernier Reporters sans frontières dans un communiqué.

Des accusations auxquelles la justice a répondu, via un communiqué, que le procès du journaliste a « rempli toutes les conditions d'un procès équitable » et qu'il était« poursuivi pour des délits qui n'ont rien à voir avec son travail journalistique ».

Souleymane Raissouni avait été arrêté en mai 2020 après une publication Facebook du plaignant - qui utilise un pseudo - l'accusant de l'avoir « agressé sexuellement ».

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X