Afrique de l'Ouest: Affaire "Pegasus" - Des militants partisans de l'indépendance du Sahara occidental parmi les victimes

Paris — Le Maroc a employé le programme d'espionnage sioniste "Pegasus" en vue de suivre des partisans de l'indépendance du Sahara occidental, ainsi que journalistes, affirme le journal français "Le Monde".

Dans un article intitulé "Projet Pegasus: face aux dénégations de NSO Groupe et du Maroc, Le Monde, maintient ses informations", le quotidien français a indiqué que "Le "Projet Pegasus" a accumulé de multiples éléments, tant techniques que concernant l'identité des cibles, qui montrent très clairement que le Maroc est client de NSO et opère des surveillances électroniques par le biais de Pegasus.

Selon Le Monde, le Citizen Lab de l'université de Toronto, l'un des principaux centres de recherche au monde sur les logiciels espions, avait, dès 2018, identifié le Maroc comme un très probable client de NSO, en se basant sur une analyse des infrastructures utilisées par le logiciel espion.

Des analyses plus récentes du même "Citizen Lab" ont confirmé que le client marocain de NSO group avait été actif en France depuis 2018 et jusqu'à cette année.

De plus, Le Monde fait savoir que le Security Lab d'Amnesty International a retrouvé les traces de Pegasus, portant la signature technique distinctive d'un même client, sur les téléphones utilisés par le journaliste Edwy Plenel ou l'ancien ministre François de Rugy, tout comme sur les téléphones de la militante Claude Mangin et du journaliste marocain Omar Radi- deux personnes qui intéressent au plus haut point les services de renseignement marocains.

Pour Le Monde, "les preuves matérielles sont toutes publiques: elles ont été mises en ligne, dès dimanche passé, par le Security Lab d'Amnesty international. La méthodologie de ce rapport a été validée de manière indépendante par le Citizen Lab de Toronto.

Le journal affirmé qu'aucun élément remettant en cause la moindre partie du rapport, dont le sérieux a été unanimement salué dans le milieu de la sécurité informatique, n'a été signalé à ce jour.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X