Burkina Faso: Le nombre de personnes fuyant les violences atteint un niveau sans précédent

Au Burkina Faso, le nombre de personnes forcées de fuir les violences s'accélère et atteint un niveau sans précédent, selon le Haut-Commissariat pour les réfugiés. L'organisation humanitaire réitère son appel à une action concertée pour la paix et la stabilité dans ce pays.

Jointe par RFI, Fatoumata Sinkoun Kaba, porte-parole du HCR pour l'Afrique centrale et de l'Ouest, fait état d'un nombre de plus en plus élevé de personnes déplacées à l'intérieur du Burkina Faso mais aussi de personnes obligées de se réfugier dans les pays voisins.

« Les déplacements de population au Burkina Faso tels qu'on le voit aujourd'hui, c'est du jamais vu. Nous avons franchi la barre des 1,3 million de personnes déplacées à l'intérieur du pays. Leur déplacement se passe quasiment dans toutes les régions où il y a des attaques. Par exemple, rien que dans la première moitié de cette année, nous avons eu quand même plus de 237 000 personnes qui ont été obligées de fuir leur foyer. Nous avons aussi un nouveau phénomène qui s'élargit, c'est-à-dire des Burkinabè qui traversent la frontière pour aller dans les pays voisins se réfugier. Là, on en compte à peu près 38 000 dont près de la moitié au cours des quelques mois passés. Les Burkinabè n'avaient pas pour habitude de traverser la frontière. Nous avons vu la crise s'accentuer peu à peu depuis 2015 et s'aggraver, et c'est maintenant que nous observons des mouvements vers des pays voisins - pour l'instant, nous avons la Côte d'Ivoire, le Mali, le Niger, mais aussi le Bénin - ce qui signale quand même une dégradation de la situation sécuritaire au Burkina. »

Le Burkina Faso est confronté depuis 2015 à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières de la part notamment du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, affilié à al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et du groupe État islamique au Grand Sahara (EIGS).

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X