Sénégal: Sédhiou / Liberté provisoire accordée aux présumés voleurs de bétail de Sansamba - Les populations dénoncent une injustice et menacent

24 Juillet 2021

Les populations de plusieurs villages de la commune de Sansamba dans l'ouest de Sédhiou ont pris part à une conférence de presse au chef-lieu de ladite commune pour dénoncer avec impétuosité la mise sous liberté provisoire des trois présumés voleurs de bétail arrêtés le 22 juin dernier. Les habitants des différentes contrées de la commune de Sansamba sollicitent l'arbitrage du chef de l'état Macky Sall et menacent de se faire justice eux-mêmes si les voleurs ainsi indexés continuent de se pavaner dans la rue en se moquant des victimes de razzia sur leur troupeau.

La liberté provisoire accordée aux trois présumés voleurs de bétail dont le cerveau de la bande Adama Diallo a provoqué une onde de choc chez les populations de Sansamba dans l'ouest de Sédhiou. Ce vendredi matin, ils ont fait face à la presse à l'école du village pour dénoncer un tel état de fait. « Nous sommes tous réunis ce vendredi autour de la plateforme Sansamba Bleu et du collectif provisoire pour la défense des intérêts de Sansamba et l'ensembe des panels de développement, nous sommes debout comme un seul homme pour dénoncer la liberté provisoire accordée à Adama Diallo et ses acolytes pour des faits de vol de bétail. Une liberté qui leur est accordée par le tribunal régional de Sédhiou », a déclaré Landing Fickou, le porte-parole du jour. Les présumés voleurs avaient été arrêtés le 22 juin dernier en flagrant délit selon une source proche des officiers enquêteurs.

Landing Fickou retrace le film en expliquant que « le sieur Pape Youssouph Ndiaye, un habitant du village de Talto a constaté l'absence de 14 de ses bœufs et a suivi leurs traces jusqu'au domicile de Adama Diallo dans la commune de Sansamba. Il a appelé le chef de village qui, en même temps que lui, a constaté la présence de deux de ses vaches dans l'une des chambres à coucher de Adama Diallo. Celui-ci s'est précipité pour couper la corde et libérer les bêtes mais c'était trop tard car les gens qui ont fini d'encercler sa maison ont également constaté la scène de flagrant délit ». Et de poursuivre « le chef de village et le président du comité de lutte contre le vol de bétail ont appelé les gendarmes de Sédhiou qui sont très vite arrivés et ont constaté la situation avant d'interpeler Adama et ses pairs ».

Sansamba interpelle le chef de l'Etat Macky Sall pour que cette affaire soit tirée au clair : « nous interpelons le chef de l'Etat Macky Sall pour que justice soit faite. C'est dangereux que des cas de vols en flagrant délit soient éteints sans justice » martèlent Landing Fickou le porte-parole et Nembaly Maria, le président du comité de lutte contre le vol de bétail de Sansamba.

De même, Faïdy Touré, un autre membre de ce comité dit être frustré le jour de la libération des voleurs qui « jubilaient sous nos regards. C'est choquant vraiment » dit-il, le cœur meurtri. Gnamo Badji de Kamoya d'inviter à une mobilisation de grande envergure contre ces cas récurrents de razzia sur le bétail. Toujours par la voix de Landing Fickou leur porte-parole, ces populations préviennent que tout jugement mal rendu est susceptible de provoquer un règlement de comptes : « nous avons certes confiance à la justice de notre pays mais pour ce cas précis de vol de bétail, nous avons des doutes et nous attirons l'attention des autorités que des frustrations et injustice de ce genre mènent à des règlements de compte entre nous, populations. Ce sont des cas qui arrivent souvent et trop c'est trop » préviennent les organisateurs de cette conférence de presse.

A signaler que cette zone du Diassing est réputée être un foyer névralgique de vol de bétail. Par plusieurs reprises, des présumés voleurs avaient été abattus dans la forêt et le dernier cas remonte à un peu plus d'un an et l'on redoute que cela ne devienne la règle face à un cocktail de frustration qui ne fait que gonfler au sein de la population.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X