Sénégal: Célébration de la tabaski dans la division au Sénégal - Unité retrouvée dans les sermons

24 Juillet 2021

Encore une tabaski dans la division au Sénégal. Toutefois, les maux de la société, tels que la violence en milieu scolaire et universitaire, l'homosexualité, ou encore le Coronavirus, ont été au cœur des sermons de la quasi-totalité des guides religieux.

Le mardi 20 juillet dernier, une partie de la communauté musulmane du Sénégal a célébré la fête du sacrifice du mouton. Il en est ainsi de la grande mosquée de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, où l'imam Omar est revenu sur le comportement des élèves, des étudiants noté ces derniers temps. Après avoir rappelé les préceptes de l'islam, notre relation envers notre créateur, l'imam invite les fidèles à se départir de la méchanceté, de la médisance, de l'usure, l'homosexualité, l'animosité. Il poursuit et affirme que: «seul le repenti et la prière peuvent aider à résoudre les problèmes du monde». C'est le même sermon qui a été prononcé par Galladio Ka sur l'esplanade du stade Léopold Sédar Senghor. Après avoir glorifié le tout puissant et féliciter les musulmans, l'imam Galadio Ka affirme qu'«il n'y a pas plus important que d'être musulman, avoir la sécurité et la santé. Et pour cela, les musulmans devraient être en phase avec les prescriptions divines et suivre la sunna du prophète (PSL)».

LE CORONAVIRUS, UN NOUVEL ORDRE DIVIN

L'Imam Galadio Ka estime qu'au moment où l'on parle du nouvel ordre mondial qui exclue l'islam et fait la vulgarisation des francs-maçons, les homosexuels, les lesbiennes, bref la communauté LGBTI, Dieu lance son nouvel ordre avec le Covid-19 qui sème le désordre non seulement avec les vaccins, mais aussi avec les différents variants. Pour autant, l'Imam tient quand même à rappeler les mesures barrières non sans rejeter la fermeture des lieux de culte. Et pour ce qui est du problème de la division au sein de la communauté, l'Imam a pointé du doigt l'État qui n'a pas, à son avis, une politique religieuse et le manque de confiance entre les musulmans. Dans son sermon, l'Imam Ka n'a pas manqué de faire appel à la responsabilité de la presse dans la promotion de certaines valeurs contraires à celles de l'Islam. «Les journalistes doivent arrêter de faire la promotion de la médisance, de la mauvaise image, la calomnie, des féticheurs, des vendeurs d'illusions. Vous (journalistes) devez vulgariser les bonnes pratiques et ne pas diffuser des informations qui ne font que pervertir», lance imam Galadio Ka.

LE SÉNÉGAL N'ACCEPTERA JAMAIS L'HOMOSEXUALITÉ

Au deuxième jour où la plupart de la communauté musulmane a célébré la fête du sacrifice du mouton, le mercredi 21 juillet, l'imam Adama Traoré qui a dirigé la prière à la grande mosquée des parcelles assainies de l'unité 8, a axé son sermon presque dans le même sens. L'imam a ainsi dénoncé les agressions des élèves et étudiants contre le corps professoral ou administratif. Il a cet effet incombé la responsabilité aux parents qui, à son avis, ont démissionné pour ce qui est de l'éducation de leurs progénitures.

L'Imam Traoré a décrié le comportement des garçons ainsi que leurs ports vestimentaires, qui ne font que participer à la promotion de l'homosexualité. «La promotion de l'homosexualité n'aboutira jamais au Sénégal. Ils nous trouveront dans leur chemin et nous y ferons face quel qu'en soit le prix», a-t-il prévenu. Il a terminé son sermon en priant pour tout le monde et pour le Sénégal.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X