Congo-Brazzaville: Communiqué de la Coordination nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19 suite à sa réunion du vendredi 23 Juillet 2021

communiqué de presse

Il s'est tenu le vendredi 23 juillet 2021, de 11h00 à 12h30, par visioconférence et sous la très haute autorité de son Excellence, Monsieur Denis Sassou N'Guesso, président de la République, chef de l'Etat, la 24e réunion de la Coordination nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19.

A été invité à se joindre aux membres de la Coordination nationale le professeur Antoine Ange Abena, pour le compte du Comité d'experts.

Deux points étaient inscrits à son ordre du jour, à savoir :

- L'examen du 24e Rapport de la Task Force à la Coordination nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19 ;

- Les recommandations de la Coordination nationale.

I/ - DE L'EXAMEN DU 24e RAPPORT DE LA TASK FORCE PRES LA COORDINATION NATIONALE DE GESTION DE LA PANDEMIE DE CORONAVIRUS COVID-19

Invité par le président de la République à prendre la parole, M. Firmin Ayessa, ministre d'Etat, ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, président de la Task Force, a rappelé les contextes mondial et africain, caractérisés par une certaine relance de la pandémie du fait des variants du virus et par la poursuite des campagnes de vaccination, seul moyen de sortir de la pandémie.

I. EVOLUTION DE LA PANDEMIE DE COVID-19 AU CONGO

Le Congo est passé de 12 496 cas confirmés au 24 juin 2021 à 13 117 cas au 19 juillet 2021, soit 621 cas supplémentaires en 25 jours, pour une moyenne journalière de 25 cas. Les départements de Brazzaville et de Pointe-Noire demeurent l'épicentre de la pandémie. Le nombre de décès pour la même période est passé de 165 à 176, soit 11 décès de plus à déplorer, avec un taux de létalité de 1,3%.

13 906 personnes ont été dépistées entre le 24 juin 2021 et le 15 juillet 2021, pour 454 cas positifs. De manière générale, on observe une baisse du taux de positivité, passé de 5,6% à 3,26%. Toutefois, cette indication est à relativiser, compte tenu du faible taux de dépistage à travers le pays.

La Coordination nationale constate que la pandémie demeure fortement présente et que le virus continue à circuler dans notre pays.

37 patients sont suivis dans les sites de prise en charge, soit 17 à Brazzaville et 20 à Pointe-Noire ; 22 d'entre eux sont sous oxygène. On observe une augmentation du nombre de cas graves pris en charge.

Le nombre de patients suivis à domicile est de 580, répartis sur 6 départements :

- Brazzaville : 292 ;

- Pointe-Noire : 273 ;

- Kouilou : 8 ;

- Likouala : 5 ;

- Sangha : 1 ;

- Cuvette Ouest : 1.

II. EVOLUTION DE LA VACCINATION

La vaccination de masse des populations cibles reste la stratégie de prévention la plus durable pour protéger les populations contre les formes graves et contribuer à lutter à terme contre la propagation de la pandémie.

2.1. DANS LA SOUS-REGION AFRIQUE CENTRALE

Après avoir rappelé la situation de la vaccination aux plans mondial et africain, le ministre d'Etat Ayessa, président de la Task Force, a précisé qu'au niveau de la zone CEEAC, notre pays se situait au 4e rang en termes de couverture vaccinale avec un taux de 0,82%, et ce dans une sous-région, elle-même caractérisée par un faible taux de vaccination. Il convient de noter que pour atteindre la couverture de 30% au 31 décembre 2021, les pays de la CEEAC devront mobiliser 120 192 853 doses.

2.2. AU CONGO

A la date du 15 juillet 2021, 77 sites de vaccination ont été ouverts. Chaque département dispose d'au moins un site de vaccination. La cible de la vaccination est fixée à 3 468 906 personnes soit 60% de la population, pour atteindre l'immunité collective à fin juillet 2022.

Le pourcentage des personnes totalement vaccinées à ce jour est de 1,79%. Le nombre total de doses de vaccin administrées et de 201.575 au 19 juillet 2021. Dans le détail, 118.734 personnes ont reçu la 1ère dose du vaccin Sinopharm, et 57.446 totalement vaccinées. Pour le vaccin Sputnik V, 13937 personnes ont reçu la 1ère dose, tandis que 8581 ont été totalement vaccinées.

Au total, 138.016 personnes ont au moins reçu la 1ère dose, et 71.372 sont totalement vaccinées. Au 21 juillet, le stock total de vaccins disponibles est de 173.125, se répartissant ainsi qu'il suit :

- Sinopharm : 75.164

- Sputnik V : 2.161

- Sputnik Light : 95.800

Poursuivant son propos, le ministre d'Etat Ayessa, président de la Task Force a indiqué que durant la période écoulée, l'unité de Gestion des Produits et Matériels Covid -19 (UGPM) a procédé à la livraison de produits et matériels, notamment dans le département de la Likouala.

Elle a réceptionné sept conteneurs au titre de commandes gouvernementales passées, alors que dix ambulances sont en attente d'une réception officielle.

Abordant les effets de la crise sanitaire dans notre pays, le ministre d'Etat Ayessa a indiqué que l'activité économique a été atone au cours du 1er trimestre de cette année avec une baisse de la production pétrolière d'une part et la contraction des activités du secteur hors-pétrole, d'autre part.

Les mesures restrictives de riposte prises par le gouvernement continuent de générer une contraction de la demande nationale. En 2021, le Congo devrait connaître un taux de croissance du PIB réel négatif, compris entre - 0,2% et -0,5%.

A l'effet de soutenir les activités des entreprises, le gouvernement réaffirme le maintien des mesures d'allègement fiscal prises en 2020 et dont le coût se situe entre 20 et 25 milliards de FCFA.

Au plan social, le niveau de paiement des ménages au 31 juin 2021 a peu évolué. Il est enregistré une augmentation de 1 646 ménages bénéficiaires par rapport à la période précédente, pour un taux de couverture global de 83,76%.

III. MISE EN ŒUVRE DES MESURES ADOPTEES PAR LA COORDINATION NATIONALE

Lors de sa dernière session du 5 juillet 2021, la Coordination nationale de gestion de la pandémie à coronavirus Covid-19 a insisté sur l'urgence de mobiliser l'ensemble de la population autour de la lutte contre la pandémie.

A cet effet, la campagne de communication, qui a commencé à s'intensifier, doit encore s'accélérer pour répondre aux exigences de l'heure, à savoir susciter un véritable engagement de la population dont une partie doit sortir du déni persistant de la maladie.

Tous les responsables administratifs et politiques, les acteurs du secteur productif et de la société civile ainsi que toutes les couches sociales doivent être mises à contribution pour atteindre la vaccination du plus grand nombre.

De manière particulière, la mise en œuvre de la mesure visant le renforcement des capacités du pays à acquérir les vaccins s'est traduite par :

- l'accord de financement avec la Banque mondiale qui a été adressé au secrétariat général du gouvernement pour avis de la Cour suprême, avant sa transmission au Parlement pour ratification ;

- la signature et la transmission à la facilité Covax d'un accord de financement pour l'acquisition de 78 000 doses de vaccin Pfizer ;

- la transmission d'une correspondance à l'Union africaine pour l'acquisition de 700 227 doses de vaccin à travers le mécanisme AVAT. A cet effet, le financement de la quote-part de 15% revenant au Congo a été mobilisé et transféré.

La surveillance nationale des autres variants, dont les implications épidémiologiques ne sont pas encore déterminées, s'est traduite par le fait que le Laboratoire national de santé publique a transféré, pour analyse, 200 échantillons collectés dans tous nos laboratoires à l'Institut national de recherche biomédicale de Kinshasa.

Afin de renforcer l'efficacité de la riposte et de l'adapter à l'évolution de la pandémie, SEM. Denis Sassou N'Guesso, président de la République, chef de l'Etat, a instruit les autorités compétentes de transmettre dans les meilleurs délais à la Coordination nationale le plan national actualisé de riposte à la pandémie, afin qu'il soit validé lors de la prochaine réunion de cette instance.

II/ - DES RECOMMANDATIONS DE LA COORDINATION NATIONALE

Les mesures assurant la poursuite des efforts de lutte contre la covid-19 reposent, pour l'essentiel, sur la mobilisation des ressources financières nécessaires. C'est à l'effet d'y répondre que le projet de loi de finances rectificative pour l'année 2021, en cours d'adoption, prévoit l'abondement de trois fonds de soutien :

● Fonds Covid-19 : 10 milliards de FCFA ;

● Fonds national pour la vaccination contre le coronavirus Covid-19 : 5 milliards de FCFA ;

● Fonds national de solidarité pour le soutien des entreprises : 6 milliards de FCFA.

La Coordination nationale se félicite des efforts du gouvernement dans le renforcement de la riposte avec, d'une part, la mobilisation de 5 milliards de frs CFA pour l'acquisition des doses complémentaires et nécessaires de vaccin d'ici la fin de l'année 2021 et, d'autre part, en plus du maintien des mesures d'allègement fiscalo-douanier rappelées, la mobilisation attendue de 6 milliards de subventions et de ressources sous formes diverses en faveur des entreprises congolaises.

La Coordination nationale a cependant, et de nouveau, constaté les faiblesses suivantes :

● Le déni de la maladie dans une partie de la population et l'inobservation des gestes barrières ;

● la résistance de certaines cibles prioritaires qui refusent de se faire vacciner contre la Covid-19 ;

● la propagation des variants dont le variant Delta est déjà présent à nos frontières ;

● le faible niveau de vaccination.

Face à cette situation, elle propose les mesures nouvelles suivantes :

- Faire obligation aux personnels de la santé et des enseignements à se vacciner dans les meilleurs délais ;

- Inviter les étudiants qui souhaitent prendre part aux concours d'entrée à l'université à inclure dans leur dossier d'inscription la preuve de leur vaccination ;

- Inviter les membres du gouvernement, dans l'esprit et la lettre de la note circulaire du 6 juillet 2021 du Premier ministre, chef du gouvernement, à mettre en œuvre sans délais toutes les actions devant amener les fonctionnaires et agents placés sous leur autorité à se faire vacciner, l'administration d'Etat et les structures sous tutelle devant donner l'exemple à l'ensemble de la population.

Enfin, les mesures ci-après sont reconduites :

1. Proroger l'état d'urgence sanitaire pour une nouvelle période de vingt jours à compter du 25 juillet 2021.

2. Maintenir le couvre-feu à Brazzaville et à Pointe-Noire, de 23 heures à 5 heures pendant les jours ouvrés et de 20 heures à 5 heures du matin le samedi, le dimanche ainsi que les jours fériés.

3. Maintenir le port obligatoire et conforme du masque de protection.

4. Faire observer, partout et par tous, toutes les mesures barrières.

5. Poursuivre les campagnes de sensibilisation et de prévention.

6. Recommander à toutes les catégories socio-professionnelles cibles de la vaccination de se faire vacciner et inviter les employeurs tant publics que privés à inciter leurs employés à en faire autant.

7. Organiser régulièrement le dépistage des personnes les plus exposées au risque de contamination.

8. Organiser les conditions d'un dépistage systématique des voyageurs venant de l'étranger aux points d'entrée de notre pays.

9. Limiter à cinq jours (lundi, mardi, jeudi, vendredi et samedi) l'ouverture des marchés domaniaux à Brazzaville et à Pointe-Noire.

10. Réaliser régulièrement des tests rapides antigéniques nasopharyngés dans tous les départements du pays pour le dépistage de routine de la Covid-19.

11. Maintenir l'interdiction de l'utilisation des tests rapides antigéniques salivaires dans les points d'entrée et de sortie du territoire.

12. Interdire les promenades en groupe de plus de trois personnes sur les voies et espaces publics, notamment la Corniche et les alentours des stades de Brazzaville ainsi que les bords de l'océan atlantique à Pointe-Noire et dans le Kouilou.

13. Exiger la présentation, à la frontière, d'un test PCR négatif pour tous les passagers au départ et à l'entrée du Congo, à l'exception des enfants de moins de dix (10) ans.

14. Organiser la mise en quatorzaine, à leurs frais, à Brazzaville et à Pointe Noire, des personnes en provenance de pays à forte circulation des variants.

15. Obliger, sous peine de forte amende, les transporteurs en commun (autocars, taxis, trains, bateaux, hélicoptères et avions) et privés (voiture, bateaux et avions privés) à respecter la distanciation physique et à exiger de tout passager à bord le port conforme du masque de protection individuelle.

16. Exiger des gérants des bars, restaurants et autres lieux de rassemblement de privilégier l'accueil des clients ou du public en extérieur et d'aérer des espaces d'intérieur lorsqu'ils reçoivent de la clientèle ou du public.

17. Faire respecter les gestes barrières pendant le déroulement de tout événement familial, notamment les mariages, veillées funèbres, levées de corps et obsèques, situations particulièrement propices à la contamination à la Covid-19.

18. Maintenir la fermeture des boites de nuit et autres lieux de danse.

19. Autoriser la reprise des entrainements et des compétitions de sports collectifs, tout en invitant les autorités compétentes, notamment les fédérations sportives, à s'assurer que le nombre de personnes autorisées à y assister soit de 50 personnes au maximum.

Fait à Brazzaville, le 23 juillet 2021

Pour la Coordination nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19

Le ministre de la Communication et des Médias,

Porte-Parole du gouvernement

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X