Congo-Brazzaville: Agriculture - Vers la réhabilitation des villages agricoles

La ministre de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche, Paul Valentin Ngobo, a annoncé, le 23 juillet, que les sites de Nkouo et d'Imvouba, dans le département du Pool, vont être rénovés et structurés grâce à un financement du Fonds koweitien.

La réhabilitation des villages agricoles, tombés en faillite à cause du manque de financement et des difficultés de gestion, figure parmi les politiques prioritaires du nouveau ministre de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche. Il a dévoilé l'ambition du gouvernement pour booster l'agriculture au cours des prochaines années, lors d'un point de presse ce vendredi, à Brazzaville.

Le ministre a indiqué que la réhabilitation des villages agricoles offre la possibilité d'une nouvelle forme de gestion qui sera assurée par les producteurs eux-mêmes. Les exploitants vont louer les domaines appartenant à l'État ; le ministère interviendra en cas de besoin pour apporter des soutiens nécessaires.

Le pays bénéficiera, pour cela, d'un financement estimé à 50 millions de dollars du Fonds koweitien. « Le document de financement est déjà signé et la procédure suit son cours. Nous attendons plus que les partenaires pour pouvoir commencer. C'est un fonds qui nous permettra de relancer ces deux lieux de production, avec une priorité pour les poules pondeuses », a assuré le ministre, ajoutant que ce financement attendu servira aussi à relancer les sites de Soumouna(Pool), le domaine piscicole de Gamboma(Plateaux), Mindouli(Pool) et Madingou(Bouenza).

Paul Valentin Ngobo a fait le point de sa récente mission de terrain dans les départements de la Bouenza et du Niari, deux régions à vocation agricole. La rencontre avec le monde rural, a-t- il dit, vise à mettre en place principalement deux autres modèles de rassemblement des producteurs agropastoraux, à savoir les zones agricoles protégées sur 100 à 200 hectares et les incubateurs agricoles dans les localités ciblées.

L'ambition du gouvernement, selon l'intervenant, est de parvenir à réduire le déficit commercial agricole, en s'attaquant à un certain nombre de spéculations, par exemple, de produire de l'aliment de bétail, de maïs, de soja pour le développement du secteur de l'élevage. « Afin que la politique agricole nationale soit plus efficace, nous devons opter pour la création et l'agglomération des structures de production. Ce regroupement permettra de réaliser une économie d'échelle et la mise en place des réseaux des producteurs pour susciter une dynamique », a insisté Paul Valentin Ngobo.

Il a admis que la recherche de financements reste un défi pour le gouvernement et les acteurs ruraux. Le ministre de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche a, enfin, réitéré la volonté du gouvernement de créer une banque agricole et de faciliter l'accès aux crédits pour les paysans.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X