Congo-Kinshasa: Les confessions religieuses sur la même ligne avant la désignation du président de la Céni

C'est aux confessions religieuses, dont huit sont reconnues en République démocratique du Congo, de désigner le candidat-président de la Commission électorale nationale indépendante ainsi qu'un autre membre pour la plénière. Sur les trois précédents cycles électoraux, à cette phase du processus, elles ont toujours été divisées, l'Église catholique se retrouvant seule face aux autres et dénonçant une mainmise du régime sur la désignation du numéro un. Mais vendredi, toutes ont dénoncé conjointement des menaces sans en préciser l'origine.

C'est la première fois que les catholiques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) et les protestants de l'Église du Christ au Congo (ECC) sont sur la même ligne à l'étape de la désignation des membres de la Céni. Les deux principales confessions religieuses ne cachent pas leur hostilité à la candidature annoncée de Denis Kadima, jugé trop proche de Félix Tshisekedi, ce que le directeur exécutif de l'Institut électoral pour une démocratie durable en Afrique a toujours démenti. Il est le candidat de l'Église kimbanguiste et semble également bénéficier, a minima, du soutien des Églises du réveil.

Du côté des catholiques, comme des protestants, on assure que ce n'est pas le seul nom de candidat qui pose problème de ce point de vue. Les uns et les autres assurent avoir eux-mêmes suggéré des candidats battus en brèche pour les mêmes raisons et y avoir renoncé.

On pourrait donc s'acheminer vers un « deux contre deux » et tout va se jouer sur les quatre confessions restantes, à savoir les musulmans, les orthodoxes, l'Armée du salut et les Églises indépendantes. C'est sans doute sur elles que la pression est la plus forte, même si plusieurs responsables religieux se disent victimes d'intimidations ou même de menaces. En tout cas, dans leur communiqué commun, toutes les confessions religieuses ont affirmé rechercher un consensus sur le nom d'une personne « ayant un courage exceptionnel de proclamer les véritables résultats des urnes ».

Le dépôt des candidatures est prévu lundi 26 juillet. Chaque confession a le droit de présenter des candidats puis elles se réunissent mardi toute la journée pour tenter de dégager un consensus.

À noter que selon la nouvelle loi sur la Céni, une commission mixte majorité-opposition à l'Assemblée nationale sera chargée de passer en revue les candidatures des membres de la Céni, choisis par la majorité, l'opposition et la société civile, avant de transmettre tous les noms retenus au chef de l'État, chargé de les entériner.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X