Afrique de l'Ouest: 9e Traité d'amitié et de coopération Burkina Faso/Côte d'Ivoire - Sans Roch et Ouattara

Abidjan, la capitale politique ivoirienne, abrite du 24 au 27 juillet 2021, au mythique Hôtel Ivoire, la 9e Conférence au sommet du Traité d'amitié entre le Burkina Faso et la République de Côte d'Ivoire.Projet de l'autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, matérialisation des frontières, l'avenir des déguerpis du Mont Péko, lutte contre le terrorisme, ce sont, entre autres, les questions qui seront abordées au cours de cette rencontre débutée le week-end dernier par la réunion des experts. La rencontre au sommet des chefs d'Etat a, quant à elle, été reportée.

Au forceps ! C'est dans ces conditions que se tient la 9e Conférence au sommet du Traité d'amitié et de coopération (TAC) entre le Burkina Faso et la République de Côte d'Ivoire, qui a lieu alternativement dans les deux Etats voisins

Du côté ivoirien, c'est la capitale politique, Yamoussoukro, village natal du père de l'indépendance de la Côte d'Ivoire, Félix Houphouët-Boigny, qui abritait toujours la rencontre, et c'était pratiquement devenu une tradition.

Mais cette année, les participants qui caressaient le secret espoir de profiter de l'occasion pour effectuer l'incontournable visite de la basilique Notre-Dame de la Paix, le plus grand édifice religieux catholique au monde, ont vite déchanté.

Pourtant, les experts, lors de la 4e réunion de suivi et d'évaluation des décisions et recommandations du TAC, tenue en avril dernier, avaient pris rendez-vous pour Yamoussoukro. « Les contingences se sont imposées autrement».

Finalement, c'est à Abidjan qu'ils se sont retrouvés les 24 et 25 juillet pour l'entame de cette 9e Conférence au sommet du TAC qui se poursuivra par la réunion des ministres des Affaires étrangères puis le conseil conjoint de gouvernements.

Quid de la présence des deux chefs d'Etat, ultime étape du TAC ?

« Entre délocalisation de Yamoussoukro à Abidjan, report de la Conférence au sommet des chefs d'Etat à une date ultérieure, réduction du nombre de jours des travaux des experts à deux jours, du changement répété de la date de la présente rencontre... tout portait à croire que notre traditionnel rendez-vous du TAC ne se tiendrait pas », a relevé l'ambassadeur Olivia Rouamba, directrice générale de la Coopération bilatérale au ministère burkinabè des Affaires étrangères.

Que de couacs !

« Mais c'était sans compter sur la détermination, la capacité et l'abnégation qui caractérisent nos deux peuples et la capacité de résilience dont ils font montre », se félicite la diplomate burkinabè.

Même si ce 9e TAC se tient malgré tout, « cette année, c'est exceptionnellement dans un format réduit », c'est-à-dire en l'absence des présidents burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, et ivoirien, Alassane Ouattara. Mais son contenu demeure celui des cadres d'échanges sur des enjeux majeurs pour les deux parties ; en témoignent les thématiques à son ordre du jour.

Ainsi donc, les experts et à leur suite les ministres des Affaires étrangères des 2 pays puis le conseil conjoint de gouvernements se pencheront, entre autres, sur le projet de l'autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, longue de 1 300 km pour un coût estimé à 1 200 milliards de F CFA, la réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya et son prolongement jusqu'à Tambao, la lutte contre l'insécurité et l'énergie électrique.

Il sera également question de l'avenir des personnes déguerpies du Mont Péko (ouest de la Côte d'Ivoire) majoritairement des Burkinabè qui y avaient des plantations, et de la matérialisation des frontières.

Sur ce dernier point, même si les autorités burkinabé et ivoiriennes préfèrent ne pas parler de mésentente, les divergences sont bien manifestes.

En effet, alors qu'à l'ouverture des travaux des experts, le directeur général des Relations bilatérales du ministère ivoirien des Affaires étrangères, Maès Ennio, parle « d'annexion de treize localités » à Doropo et Téhini, son homologue burkinabè, Olivia Rouamba, y voit une terminologie non appropriée sur un sujet commun à des Etats amis.

On réussira certainement à s'entendre sur les mots mais sur le terrain, il faudra sans doute attendre encore.

Après ces 2 jours de travaux des experts, le 9e TAC se poursuit aujourd'hui avec la réunion des ministres des Affaires étrangères des 2 Etats.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X