Tunisie: Ghannouchi - « L'heure est à l'unité et non à la désunion et aux querelles »

25 Juillet 2021

L'élite tunisienne devrait se montrer plus solidaire et les institutions de l'Etat faire preuve de plus de cohésion interinstitutionnelle, a déclaré le président de l'Assemblée des représentants du peuple, Rached Ghannouchi.

Il a appelé à éviter « les tiraillements inutiles » et à agir en vue de « relancer l'espoir », a-t-il ajouté dans une déclaration de presse à l'issue d'une cérémonie de lever du drapeau national, au Palais du Bardo, à l'occasion de la célébration de la fête de la République.

Ghannouchi a insisté sur l'importance de « la pérennité de l'Etat » et « l'unité de ses institutions ». « La Tunisie est en guerre contre un ennemi commun », à savoir le Covid19 qui emporte des centaines de vies, chaque jour, en Tunisie. « Nous devrons unir nos efforts » pour venir à bout de ce virus mortel, a-t-il ajouté.

Il s'est déclaré convaincu que « les Tunisiens l'emporteront ». « L'heure est à l'unité et à l'action; et non à la désunion et aux querelles », a-t-il dit.

Ghannouchi a rendu hommage au personnel de la santé, aux sécuritaires, aux militaires et à l'ensemble des acteurs de la vie sociale et politique, pour leur contribution à la lutte contre la pandémie.

En réponse à une question concernant les récents appels et à manifester contre le gouvernement et la classe dirigeante, Ghannouchi a déclaré : « Les manifestations sont garanties par la Constitution, tant qu'elles respectent la loi ». Il a, toutefois, noté que la Tunisie mérite « une manifestation contre le coronavirus qui unit toutes les forces contre ce fléau ».

Le 25 juillet 2021 marque le 64e anniversaire de la proclamation de la République qui a mis fin au règne de la dynastie beylicale.

Tôt le matin, les forces de sécurité s'étaient déployées aux entrées du Bardo et avaient fermé certaines rues à la circulation des véhicules et modifié les directions d'autres routes et voies d'accès.

La place du Bardo (en face du Parlement) a été aussi fermée avec des barricades et postes de contrôle, avec un déploiement des forces de sécurité.

Ces derniers jours, des médias et réseaux sociaux ont relayé des appels à manifester lancés par le « conseil supérieur de la jeunesse » le dimanche 25 juillet. Certains partis politiques ont, toutefois, affirmé ne peut soutenir ces appels à manifester au vu de la situation sanitaire. Ils ont également déclarer ignorer les parties qui se cachent derrière ces initiatives.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X