Ile Maurice: Examens maintenus - L'UoM, un nouveau cluster ?

Covid-19 ou pas, les examens de fin de cycle à l'université de Maurice (UoM) ont été maintenus. Ils commencent demain pour prendre fin en août. Une décision que certains étudiants trouvent absurde, sachant que le nombre de cas positifs augmente de jour en jour. Se rendre sur le campus pour participer aux examens, c'est prendre de gros risques au détriment de sa santé, déplorent-ils. Les mesures sanitaires mises en place suffisent-elles ? se demandent-ils.

Zulaykha Doobory, étudiante en quatrième année en d'Electronics with computer science engineering, est dans le flou. «Y aurat-il un nouveau cluster ?» C'est ce qu'elle a demandé dans ses mèls adressés au registrar de l'UoM, au bureau du Premier ministre, au ministère de l'Éducation et à la presse. Toutefois, elle avance qu'elle n'a eu aucun retour jusqu'ici.

Selon elle, les étudiants qui ne sont pas vaccinés contre le Covid-19 font face à une situation difficile. «Je peux comprendre que l'UoM agisse comme un facilitateur pour la campagne nationale de vaccination, mais elle doit aussi être prête à faire face aux étudiants non-vaccinés qui, comme moi, résisteront», lâche-t-elle. « L'établissement doit venir avec des solutions pour aider les étudiants non-vaccinés, qui ont payé pour leur études tout comme ceux vaccinés.» Elle conclut : «Non, nous n'allons pas payer les tests PCR car l'éducation est gratuite à Maurice, n'est-ce pas ?»

Préférence de la majorité

Avec les cas de Covid-19 qui augmentent, le stress et la peur se sont installés à l'UoM, confie, pour sa part, Vanusha, étudiante en troisième année de journalisme. Alors que certains doivent subir des tests PCR pour pouvoir accéder au campus, d'autres ont été obligés de se faire vacciner, déplore-t-elle. Elle ajoute qu'un sondage a été réalisé et que la majorité des étudiants ont préféré les examens sur le campus, d'où cette décision de l'université.

Mais elle avance que les avis d'examens, les horaires temporaires ou encore les règles à respecter avaient déjà été envoyés aux étudiants plus tôt. Ce qui lui fait dire que l'établissement avait déjà pris sa décision, alors que certains étudiants n'étaient pas d'accord. «L'université agit de manière ridicule... Nous n'avons toujours pas eu d'assurance s'il existe un cluster potentiel sur le campus. C'est décourageant de voir à quel point l'établissement stresse les étudiants.»

Vanusha affirme que les étudiants de l'UoM viennent des quatre coins de l'île. «Il se pourrait que certains aient été en contact avec des personnes positives au Covid. Mais nous n'avons d'autre choix que de prendre part aux examens. Cependant, si nous avons des cas positifs pendant ou après les examens sur le campus, nous tiendrons la direction pour seule responsable.»

De son côté, Shubham, étudiant en deuxième année d'Electrical and electronic engineering, ne peut cacher ses appréhensions. «Pourquoi l'UoM maintient les examens sur le campus pour environ 9 000 étudiants alors que le nombre de cas de Covid augmente de manière conséquente, atteignant 1 200 cas actifs en seulement deux jours.»

Selon le jeune homme, les autres universités organisent des examens en ligne compte tenu de la situation actuelle. Il ne comprend pas pourquoi l'UoM organise les examens sur le campus alors qu'au début du semestre, les étudiants ont suivi des cours et ont été évalués en ligne.

Me Rama Valayden parle de cover-up

L'avocat Rama Valayden est catégorique : l'UoM sera sans doute le prochain «cluster». «Une personne vaccinée peut être porteuse du Covid-19. Alors, je ne comprends pas pourquoi organiser des examens sur le campus.» Il fait ressortir que la prise de température corporelle est inutile car les appareils utilisés ne sont pas calibrés. Ce qui explique pourquoi, à ce jour, cette méthode n'a jamais pu identifier les personnes positives au Covid-19. «Il y a «cover-up» quelque part. Plusieurs établissements agissent comme des agents de propagande. D'ici quelques semaines, les cas augmenteront et plusieurs seront de l'UoM.»

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X