Cote d'Ivoire: Recherche de la réconciliation et la Paix - Quelques efforts du Président Bédié en faveur de la Paix

Le Président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA, est un homme de paix, un homme qui a une haute vision de la tolérance et du dialogue. Il l'a démontré tout le long de son parcours politique. Nous revisitons ici quelques faits illustratifs à partir de 1993, après le décès du Président Houphouët-Boigny.

Décembre 1993 : Au décès du Président Félix Houphouët-Boigny, l'on avait voulu l'empêcher d'assurer l'intérim et de terminer le mandat du Père de la Nation comme président de la République. Il a usé des voies et moyens pacifiques pour éviter les affrontements.

Janvier 1994 : Pour former son gouvernement, il tendait déjà la main à l'opposition d'alors (FPI, RDR, USD, PRCI, PIT) en vue d'un gouvernement d'union nationale. Seul le PIT acceptera en 1995.

Octobre 1995 : En prélude à l'élection présidentielle, le Front Républicain (FPI et RDR) a lancé le boycott actif qui donna les premiers morts d'élections politiques dans le pays. Bédié a usé une fois de plus de dialogue et de diplomatie pour ramener le calme et éviter des affrontements.

Décembre 1999 : Un coup d'Etat militaire encouragé par des civils a renversé son pouvoir. Mais Bédié n'a jamais appelé ses partisans à affronter les putschistes. Il est allé en exil sans une goutte de sang sur la main.

Octobre 2000 : Sa candidature parrainée par le PDCI-RDA a été rejetée par la chambre constitutionnelle de la Cour Suprême, mais Bédié n'a jamais appelé les militants dans la rue. Mieux, il a appelé à l'apaisement.

Octobre 2000 : Il revient d'exil pour prendre par au Forum de réconciliation nationale. Et il dira : « Je ne suis animé d'aucun sentiment de haine, ni de vengeance ».

Août 2002 : Il fait entrer le PDCI-RDA dans le gouvernement d'union mis en place par Laurent Gbagbo, président de la République

Septembre 2002 : La rébellion éclate. Bédié est des tout premiers à appeler au dialogue pour résoudre le problème.

De 2002 à 2003 : Au nom du PDCI-RDA et en son nom personnel, il est à tous les rendez-vous du dialogue inter ivoirien (Accra 1, 2 et 3 ; Pretoria 1 et 2, New-York, Linas Marcoussis, Kléber). A toutes ces étapes, il a prôné la paix et l'unité entre les fils de la Côte d'Ivoire.

Mars 2003 : Il fait entrer le PDCI-RDA dans le gouvernement dit de réconciliation, sous la houlette de Laurent Gbagbo.

Mai 2005 : Il fait créer le RHDP, la plateforme d'opposition démocratique (PDCI-RDA, RDR, UDPCI, MFA) pour la promotion d'une élection crédible.

Octobre 2010 : Candidat du PDCI-RDA, Bédié a été spolié de 600.000 voix, mais s'est abstenu de faire du tapage encore moins de lancer ses militants dans la rue.

Novembre 2010 : Bédié appelle à voter Ouattara au deuxième tour de la présidentielle. Comme dit dans les textes du RHDP.

De décembre 2010 à avril 2011 : Il est aux côtés d'Alassane Ouattara à l'hôtel du Golf sous blocus.

Septembre 2014 : De Daoukro, Bédié lance un appel aux militants du RHDP pour non seulement faire de Ouattara le candidat unique du RHDP en 2015, mais aussi de voter pour lui. Il a été sublimé.

Décembre 2017 : Il remet sur la table la question de l'alternance, sans être écouté. Mieux, il a été traité de tous les noms. Mais n'a rien fait pour mettre à mal la cohésion.

Avril 2018 : Le Bureau Politique du PDCI-RDA se prononce sur la marche du RHDP et surtout donne la position du PDCI-RDA sur la question du parti unifié. Bédié et le PDCI-RDA ont été insultés par leurs alliés. Mais il est resté défenseur de la paix.

Juillet 2018 : Le pouvoir pousse des ministres et cadres du PDCI-RDA à créer des démembrements du Parti pour mieux le dépecer. Après "Sur les traces", il y aura "Renaissance". Mais Bédié a demandé aux militants fidèles ne n'avoir d'yeux que pour le PDCI-RDA sans chercher à en découdre avec qui que ce soit.

Août 2018 : Il annonce le retrait du PDCI-RDA du RHDP qui devient "une secte" dédiée à un clan. Il sera vilipendé partout.

Décembre 2018 : Bédié appelle à la libération de Laurent Gbagbo détenu à La Haye. « 7 ans de détention, ça suffit », dira-t-il.

Septembre 2018 et octobre 2018 : Le PDCI-RDA est attaqué en justice par ses propres militants passés au RHDP. Bédié appelle ceux qui sont restés à garder le calme et à ne pas céder aux provocations.

Janvier 2019 : Naissance du RHDP parti unifié, avec à la clé injures et quolibets contre Bédié qui demande aux militants du PDCI-RDA de redynamiser le parti, sans répondre aux provocations des autres.

Février 2019 : Lancement de la plateforme de l'opposition CDRP regroupant le PDCI-RDA et tous les partis qui militent pour la démocratie et la paix.

Avril 2019 : Début du rapprochement avec le FPI pour une alliance non idéologique, mais pour conjuguer les efforts à l'obtention des conditions acceptables d'une élection présidentielle.

Juillet 2020 : Bédié rend visite à Laurent Gbagbo à Bruxelles. Une visite historique dans le sens de la réconciliation nationale.

Septembre 2020 : Alassane Ouattara candidat à un troisième mandat. L'opposition conteste, les manifestations pacifiques sont réprimées. Bédié a recommandé la démarche pacifique.

Octobre 2020 : La répression contre les manifestations fait des morts/ Bédié n'a jamais appelé à une quelconque résistance. Il a prôné des démarches démocratiques.

Novembre 2020 : Blocus militaire devant sa résidence le contraignant à une prison à domicile pendant huit (8) jours. Mais il n'a jamais appelé ses militants à riposter.

Novembre 2020 : Ouattara demande une rencontre pour décrisper la situation. Bédié accepte avec responsabilité et échange avec Ouattara au Golf hôtel.

Juillet 2021 : Bédié a reçu la visite de Laurent Gbagbo acquitté et rentré en Côte d'Ivoire depuis le 17 juin. De Daoukro, les deux ont lancé un appel à la réconciliation vraie et durable, à travers un dialogue national inclusif pour des échanges de vérité sur les problèmes qui minent la Côte d'Ivoire.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X