Madagascar: Après l'arrestation des Français, un nouveau prévenu aux mains des enquêteurs

À Madagascar, les autorités n'ont pas délivré d'informations supplémentaires dans l'affaire des deux Français arrêtés pour atteintes à la sûreté de l'État. Mis en garde à vue mardi soir, Paul Rafanoharana et Philippe François sont actuellement toujours entendus par la brigade criminelle.

Il s'appelle Russell Kely. Cet Américain est à la tête de l'entreprise Madagascar Oil, implantée dans le pays depuis 2004. Madagascar Oil détient les plus grosses ressources de pétrole lourd dans le pays, avec les gisements de Tsimiroro et Bemolanga.

Russell Kely est entendu avec les enquêteurs avec les deux inculpés, Paul Rafanoharana et Philippe François, indique la procureure auprès de la Cour d'appel d'Antananarivo. Aucun autre élément ne sera révélé pour le moment, ajoute-t-elle, le temps de l'enquête. Les trois hommes ont été déplacés d'Anosy à la commune d'Ivato, en périphérie de la capitale.

Malgré la très rapide médiatisation de l'affaire, aucun élément concret n'a été étayé par les autorités depuis l'arrestation des deux hommes, mardi soir.

Une source proche du dossier indique que les prévenus souffrent de privation de sommeil, et l'un d'eux aurait fait un malaise. Les trois enfants de Paul Rafanoharana, qui vivent en France, déclarent ne pas vouloir s'exprimer sur l'enquête à ce stade. Ils indiquent cependant déplorer l'absence de respect de la présomption d'innocence et du secret de l'instruction et de l'enquête. Ils s'inquiètent aussi des conditions de détention de leur père, avec lequel ils n'ont pas pu entrer en contact.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X