Nigeria: 28 lycéens sur la centaine enlevée début juillet ont été libérés

Des parents des étudiants enlevés à Kaduna, portant des parcartes avec slogants appelant à la liberation de leurs enfants, Abuja, le 4 mai 2021.

Au Nigeria, 28 des 121 enfants enlevés il y a trois semaines dans le centre du pays ont été libérés ce dimanche matin. Ils avaient été kidnappés au sein même de leur lycée par des hommes armés, que la population locale qualifie de « bandits ».

Les 28 enfants libérés sont tous âgés de 10 à 12 ans. Les images et témoignages parvenus à RFI les disent très fatigués et dans un état de malnutrition avancé. La plupart avaient de grandes difficultés à marcher. Ils ont passé plus de trois semaines en détention. Après un passage à l'hôpital, ils ont finalement retrouvé leurs familles.

Ils avaient été enlevés dans la nuit du 4 au 5 juillet dernier avec 93 autres enfants, lorsque des hommes armés avaient envahi les dortoirs du lycée baptiste Bethel, situé à Chikun dans l'État de Kaduna, avant de kidnapper ses pensionnaires âgés entre 10 et 19 ans. Adamu, le propriétaire de l'école Bethel où les enfants ont été kidnappés, raconte leur arrivée :

« Au petit matin, nous avons été alertés par un bon samaritain qui nous a dit que des enfants avaient été aper_us près du village. Un des parents les a reconnus et nous nous sommes immédiatement rendus sur place. Le temps pour nous d'arriver, les soldats avaient déjà emmené les enfants à l'hôpital où nous les avons retrouvés. »

Esther Joseph, mère d'une des enfants, ne cache pas sa joie : « Je suis très heureuse. Cela fait plus de trois semaines que ma fille avait été enlevée, je ne pouvais plus dormir, je n'arrivais plus à manger, j'ai cru devenir folle. J'ai dû voir un médecin plusieurs fois, mais maintenant que je vois ma fille, je suis juste heureuse. »

« En tout, nous avons 34 enfants qui ont retrouvé leur liberté, et 87 qui sont toujours pris en otage par les bandits », a souligné le révérend Joseph Hayab, l'un des responsables du lycée. En effet, « cinq enfants s'étaient enfuis le 21 juillet dernier, deux d'entre eux avaient été retrouvés par la police. Les trois autres avaient réussi à rejoindre l'école par leurs propres moyens », a-t-il ajouté. « Ils avaient réussi à s'échapper lorsque les bandits les avaient envoyés chercher du bois pour la cuisine. Il y a deux semaines, les ravisseurs avaient aussi libéré un lycéen pour des raisons médicales. »

La question de la rançon

D'après le directeur de l'établissement, aucune rançon n'a été versée pour permettre leur retour. Le pouvoir fédéral du Nigeria et celui de l'État de Kaduna où se situe l'école interdisent le versement de telles rançons. Mais les groupes criminels qui pratiquent régulièrement ce genre d'enlèvements demandent généralement l'argent directement aux familles.

Dans ce cas précis, difficile de savoir si une rançon a été versée ou non. Le directeur de l'école affirme que ce sont leurs prières qui ont été entendues. Certains parents avancent plutôt l'hypothèse de la faiblesse physique de ces jeunes enfants qui aurait conduit leurs ravisseurs à les libérer. Les conditions de détention en pleine forêt sont en effet difficilement supportables.

Les écoles sont de plus en plus ciblées par ces bandes criminelles qui se servent de l'écho médiatique des enlèvements d'enfants pour obtenir des rançons. Depuis décembre dernier, plus de 1 000 étudiants et écoliers ont été capturés au Nigeria. Plus de 400 sont toujours en captivité. L'organisation internationale Unicef s'inquiète des conséquences de ces attaques à répétition contre des établissements scolaires dans le pays.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X