Madagascar: Attentat contre le président - Le projet Apollo 21 déjoué

L'enquête sur le projet d'attentat contre le président continue. Des investigations ont permis de faire la lumière sur ce projet macabre dénommé Apollo 21.

L'enquête sur le projet d'attentat contre le président continue. De s investigations ont permis de faire la lumière sur ce projet macabre dénommé Apollo 21.

Non ce n'est visiblement pas une affabulation comme on veut le faire croire après l'arrestation de Paul Maillot Nantonirina Rafanoharana et la perquisition de son domicile. Le projet d'attentat contre le président de la République Andry Rajoelina est bel et bien une réalité. Des investigations révèlent de plus amples détails sur cette tentative d'attentat et d'assasinat.

C'est Paul Rafanoharana lui-même qui aurait tout échafaudé depuis un an. Cet ancien de la fameuse école de SaintCyr aurait prévu d'éliminer ou de neutraliser plusieurs personnalités dont en tête de liste le président de la République. Il se serait vu à la tête du pays si son coup avait réussi.

Le projet aurait été dénommé Apollo 21 pour la simple raison qu'il aurait du être exécuté le 21 juillet, il a été arrêté le 20 juillet.

Paul Rafanoharana, le cerveau de ce projet lugubre aurait estimé à 10 millions d'euros le montant nécessaire pour mener à bien la mission. Parmi les charges de l'opération figure le recrutement de quinze commandos dont une première vague de cinq éléments seraient déjà sur place. L'opération menée par ces commandos devait s'appuyer sur le soutien d'officiers supérieurs malgaches acquis à la cause de Paul Rafanoharana.

Impasse

Pour financer l'opération, Paul Rafanoharana aurait sollicité la société Madagascar Oil, exploitant du gisement d'huile lourde de Tsimiroro, qui selon lui, se trouverait dans une impasse économique et dont le personnel serait exposé à de grands dangers. En contre partie du financement d'Apollo 21, Il aurait promis à Madagascar Oil ; une rentabilité durable, la prise en charge de la commercialisation de la production de Tsimiroro par l'État, l'inscription de la réserve de Tsimiroro comme actif national, et la garantie de l'exportation de la production de Tsimiroro. On ignore la suite des transactions entre les deux parties toujours est-il que la perquisition du domicile de Paul Rafanoharana a permis de découvrir l'équivalent de 250 000 euros en liquide dont la provenance n'a pas pu être clarifiée par son épouse à qui quelqu'un avait remis la somme, quelques heures avant son arrestation. L'origine de l'argent est d'autant plus douteuse que Paul Rafanoharana avait créé une société dénommée Tsara First en décembre 2020 avec un capital de 2500 euros et dont le solde est de 34 euros. Aucun mouvement n'aurait été enregistré depuis la création de l'entreprise dont le gérant est Philippe Marc François, colonel à la retraite de l'armée française, arrêté également le 20 juillet à l'aéroport d'Ivato.

Le DG de Madagascar Oil et un de ses collaborateurs ont été convoqués par la police le 23 juillet.

L'enquête se poursuit pour tirer au clair cette affaire. La police et la gendarmerie sont à la recherche de ces officiers ainsi que les traces de la première vague dé commandos qui se trouverait à Madagascar.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X